Mrsroots.fr : le blog déménage !

cropped-entete6bis1

Crédits Encrage : @Laurel

C’était bien calme ici, mais ce n’était pas faute de bosser ! Nouveau boulot, nouvelle année (ou presque), nouveau départ… et nouveau blog ! Changes ta blogroll et tes favoris, car à partir d’aujourd’hui, ce blog ne sera plus alimenté.

Vous pouvez donc retrouver tous les articles postés ici à ma nouvelle adresse…

Il est beau, il est chaud, c’est mrsroots.fr

Advertisements

Les prochains évènements à venir, et le premier Q/A du blog !

QAbannière

Bonjour tout le monde !

Peu de temps pour lire, et  tellement de projets en route et à venir ! Voici un petit résumé bref des prochaines actualités :

  • Vendredi 27 Mars (ce vendredi donc) : Nasema consacre son émission au 8 mars et au cortège afroféministe sur Radio Libertaire. Vous pourrez suivre l’émission en direct et une brève interview avec Many Chroniques et moi !
  • Le 2 mai, second café littéraire du blog autour du  thème de l’engagement ! (complet). Je vous ferai un petit topo, pour celleux qui n’auront pas pu être là.
  • Le 14 Juin à Paris et 28 Juin à Bruxelles, les journées “Intersectionnalité toi-même tu sais” : tenez-vous bien, les journées ITMTC arrivent ! A cette occasion, je participerai à la journée sur Paris pour un projet secret – suivez leur page Facebook pour connaître leur programme, il sera révélé bientôt 😉 J’ai vraiment hâte de vous en parler. Je serai peut-être également à Bruxelles, à reconfirmer.
  • D’autres portraits de femmes afro sont à venir sur la chaîne Youtube ! La prochaine sera la rédaction du magazine Assiégées, le premier magazine non-mixte pour femmes racisé.e.s, queer et bien  d’autres choses !

Après plus d’un an d’existence, le blog répond à vos questions !

Dans la lignée de ces portraits présentés sur ma chaîne Youtube (Amandine Gay, Po Lomami…) et vu le nombre de questions que je retrouve à plusieurs, je vous propose une vidéo  Q/A où je répondrais à vos questions, 100% transparent – ou presque, hein – :

  • Sur Twitter : Posez votre question, suivie du HT #MRBlog
  • Sur le blog : Posez votre question dans les commentaires de cet article.
  • Sur Facebook : Posez votre question dans les commentaires du post.

C’est le moment, pour les plus timides, de poser leurs questions ! La date du Q/A sera annoncé une fois que j’aurais récolé vos questions 🙂

 

A bientôt !

#1 Rencontre avec Amandine Gay : Présentation

Comédienne, réalisatrice, pigiste… J’ai rencontré Amandine Gay, réalisatrice afroféministe du documentaire Ouvrir la Voix, afin de savoir ce qui l’a conduit à faire ce documentaire sur les femmes noires de France. De son parcours jusqu’aux anecdotes de tournage, elle nous en dit plus sur elle et son cheminement. En attendant la table ronde organisée le 23 février à Paris , un entretien sera posté chaque jour jusqu’à Samedi !

Enjoy !

Beautés noires – 3 : à l’épreuve d’une sororité

A Dictatindignés Part 1: La femme noire et le white gaze Part 2 : La misogynoir” 3. La sororité noire, une maltraitance parfois indicible [SPOILERS SUR HALF OF THE SUN] Face à la déformation (hypersexualisée, entre autres) de son identité … Continue reading

GOOD HAIR, le documentaire de Chris Rock x Retour au naturel

Je viens de visionner le documentaire de Chris Rock, Good Hair. Eh oui, je sais, il était temps. Dans la lignée des documentaires de la “black culture”, Good Hair se distingue par son regard tranchant, toujours avec humour, sur l’industrie … Continue reading

Réflexion 6:”T’es pas vraiment noir(e)”, bounty ou la plaie du colorisme.

J’ai toujours détesté le mot “bounty”. Parfois, on en riait avec un ami métis quand nous étions au collège. “Toi, t’es une bounty Mrs.Roots!“”Aah non! Dis pas ça !“. Bounty est un mot péjoratif faisant référence à la barre de chocolat, qui désigne le fait d’être “blanc à l’intérieur” quand on est noir. Il y a des déclinaisons selon les couleurs de peau, d’autres groupes non-blancs ont des mots similaires (mais je ne me souviens plus précisément lesquels). Le fait d’être “blanc à l’intérieur” désigne le fait de détenir une culture occidentale tout en étant non-blanc. C’est une remarque cinglante sur le fait de ne pas “être vraiment noir(e)” selon certaines activités, une remarque dite par des blancs comme non-blancs. Je sais qu’au cours de mes études supérieures et que, du fait de mon intérêt pour la littérature, j’ai déjà entendu le terme “bounty” à mon propos. Et plus j’y pense, plus le terme en lui-même est à la croisée de plusieurs axes tels que le classisme, le racisme et le colorisme.

1) “Bounty”, la plaie intracommunautaire.

Là où une personne blanche dirait “bounty” comme la non-conformité à des clichés du Noir (“tu sais pas danser ?! t’es pas une vraie noire!” ou encore “t’as pas vraiment noire quoi”), le terme peut avoir d’autres implications dans un cadre intra-communautaire. Je me concentrerais ici sur ce second cas. Dans les innombrables raisons de divisions entre les communautés africaines et les communautés antillaises, les Antillais sont souvent affublés de cette appellation, car ils sont les “Noirs de l’Europe” comme disait Fanon, issus d’une assimilation historique suite à l’esclavage. Pierre angulaire des conflits entre communautés afro’, le terme “bounty” est une manière réductrice de définir les identités caribéennes qui, au fil des siècles, ont assimilé une culture occidentale. Les motivations de ce conflit sont également multiples, tant par les complexes d’infériorité ou de supériorité qui les sous-tendent. A mes yeux, c’est une vision réductrice qui nie la diversité des cultures caribéennes et un moyen de les minimiser. C’est l’éternelle histoire du Caribéen qui ne se dit pas africain : indubitablement, sa parole est entendue comme un rejet de la terre d’origine en faveur de l’Occident. Cela peut être le cas, puisqu’il y a parfois cette volonté de se distinguer des Africains dans cette stigmatisation des Noirs comme étant forcément immigrés, mais cela peut être aussi l’affirmation d’une identité caribéenne qui s’est fondée sur le métissage de plusieurs cultures. On peut très bien être conscient de l’assimilation et de l’histoire des Antilles ET revendiquer une identité caribéenne. Même chose pour les métisses en général, présentés comme n’étant pas de “vrais noirs”, du fait d’un colorisme latent (être clair de peau, c’est être plus proche des modèles de beauté blancs et occidentaux). Le colorisme est le socle d’un racisme intra-communautaire – qui est une déclinaison du racisme “général”. Et, quand on y regarde de plus près, le terme “bounty” induit un classisme et une cristallisation raciste.

2) La culture : une affaire de blancs, alors ?

 

Le caractère racial de la culture occidentale comme étant une culture dite “blanche” est le résultat des différentes assimilations forcées que furent l’esclavage et la colonisation, soit le revers d’un racisme historique et systémique.

En fait je pense que ce terme est aussi utilisé pour nier un aspect important du colonialisme : le fait que la “culture blanche”  s’est implantée absolument partout et est devenue une norme qui n’est pas politisée de la même manière que les cultures absorbées par celle-ci. Du coup on a le “tu aimes la culture blanche DONC t’es pas une PoC” quand bien même: 1) à l’origine cette culture nous a été imposée et 2) cette “culture blanche” n’est même pas vraiment une culture blanche tant elle a assimilé des cultures extérieures (le rock, de base = noir, le jazz aussi, bcp d’éléments dits “blancs” sont en fait des appropriations culturelles). En gros le mot bounty c’est aussi bien pratique pour ne pas avoir à considérer le colonialisme & la suprématie blanche. Par @lasalegarce

Clairement, le pendant classiste et raciste du mot bounty (et de toute autre déclinaison quelque soit le groupe ethnique visé) est dans cette idée qu’un certain patrimoine culturel ne concernerait pas les non-blancs, au point de nier les appropriations culturelles (comme le rock, qui est issue des communautés afro-américaines. Eh oui, Elvis n’a rien inventé…). Ce terme perpétue les clichés classistes et racistes et finalement encourage une stigmatisation des racisés comme s’ils avaient un “capital culturel” prédéfini. D’une certaine manière, c’est justifier une infériorité raciste en estimant qu’être cultivé et racisé est contraire.

EDIT : Je reprends ce très juste commentaire pour approfondir un aspect que je n’ai pas énoncé plus haut.

“Mon seul soucis, c’est peut-être de ne pas avoir trop insisté sur le fait que traiter de bounty c’est AUSSI en réponse à des propos reflétant du mépris de classe. Sont aussi traités de bountys donc, les noirs méprisants qui se plaisent à chier constamment sur ceux des noirs qui vivent dans les quartiers populaires. Donc l’accusation de bountycité n’est pas toujours “classiste”, mais elle est aussi une réponse au mépris de classe.” Nègre Inverti.

C’est, en effet, un autre aspect du terme bounty qui pour le coup s’adresse à une élite non-blanche faisant preuve de mépris vis-à-vis des classes populaires non-blanches. A mes yeux, il y a deux dynamiques à cela :

  • La promotion du non-blanc d’exception : on peut aisément se souvenir de cet article sur “l’élite noire” en France qui promouvait davantage un discours méritocrate (“regardez comme ils ont réussi, tout seuls, comme des grands !” + les portraits qualifiés d’apolitiques, histoire de dépolitiser le tout “discrimination à l’embauche ? JA-MAIS”) qu’autre chose. “Il faut juste se donner les moyens d’y arriver”, dois-je vraiment dire pourquoi ce genre de discours est problématique ? Faire la promotion d’un tel discours c’est nier les réalités des classes populaires et baigner dans un certain paternalisme classiste.
  • Le rabaissement de la/les culture(s) populaire(s) et étrangère(s): ce même discours entrecroise à nouveau racisme et classisme dans cette connotation des cultures populaires et étrangères comme des cultures de seconde zone, tant par la diabolisation des “capitaux culturels” (il sera toujours mieux vu de parler anglais et français, plutôt que le lingala/le turc/etc et français) que dans le dénigrement d’une culture populaire dite “ghetto” et autres (note: pas étonnant donc que le rap, médium souvent dénonçant ces oppressions croisées soit stigmatisé encore aujourd’hui. Mais ça, ce serait un autre sujet, haha).

De ce fait, il y a un autre paradoxe assez parlant : la reprise des codes esthétiques des dominants (être clair de peau, avoir les cheveux, style vestimentaire) est encouragée, là où la reprise des codes culturels subit une résistance. Je pense que c’est l’éternelle complexité de l’assimilation: cet espoir de pouvoir conserver sa culture mixte tout en adoptant les codes apparents d’une société, et inversement, cet espoir de pouvoir conserver sa culture mixte tout en subissant une stigmatisation due à ces codes apparents. Un entre-deux trop familier…

3) Européens et diversité : et nous, alors ?

Ce qui me gêne profondément avec ce terme, c’est que non seulement être racisé serait synonyme d’une culture prédéfinie et limitée, mais en plus cela nie la diversité des identités européennes. Ce terme est le résidu de l’idée préconçue qu’on ne peut être occidental et racisé, et se cantonne finalement à cet imaginaire raciste où les racisés n’auraient pas leur place en Europe mais dans leurs pays d’origine.  Il y a une non-légitimité stigmatisante, tant dans le fait de ne pas “être assez noir/etc” que de ne pas être “vraiment” Européen.  Au final, j’ai la sensation que notre génération multiculturelle demeure dans cet entre-deux toxique où ce que nous sommes doit toujours être justifié. Alors, je me demande: à  force de sous-évaluer les identités comme des résidus de cases prédéfinies, à force de démembrer des identités multiculturelles pour une autopsie stigmatisante, ne participons-nous pas au maintien d’une grille de lecture uniquement raciale là où nous voudrions être considérés comme des humains ? Je me demande.

[BookReview] Why can’t we wait – MLK et le racisme invibilisé

MLK et le choix du pacifisme. “Why can’t we wait” est l’occasion de comprendre réellement, loin d’un angélisme véhiculé, les raisons d’une lutte non-violente. Conscient d’un racisme systémique où les institutions discriminaient les Noirs jusque dans les restaurants et les … Continue reading

Some News – Greatness is coming !

tumblr_msx1pynw5k1qzl2pdo1_1280

Hey guys !

How are you doing ? I take some minutes to tell you some stuff about what’s going on in my life lately. Not that it will bring you something,  you can just skip this article if you want to, haha.  You are now 35 followers on this blog and 80 on Twitter, and for that, MERCI BEAUCOUP !

These last days marked my comfort feeling about this new city where I am living. My studies are great, I met some people IRL but also on Twitter. Yeah, lately, I had been very active on my twitter account (if you do not follow it, what are you waiting for ? You will practice some french ! hehe : @mrsxroots ), and I learnt a lot about Afrofeminism, racism, transphobia, islamophobia and so on.

If you know me, you know that I love to break all my potentiel prejudices and rest of ignorance by learning and travelling. Well, this is what I did for hours, reading articles, writing some and I hope you will like it, because being okay with ourself is dealing with this ugly background of our world.

I understand there is a time for opening your eyes on all these problems , and it seems it’s a part of adulthood somehow but it’s not enough to say “things need to change” and to wait for someone like Martin Luther King or this kind of big figure of history. It’s about us, and we have to do something. I don’t say we have to do a revolution, but just be aware and talk about all those problems; stopping to keep our illusions.

It’s not pessimistic to say “there is a problem in here”, it’s optimistic because it means you are strong enough for being aware of it. Doubting is good, being scared is natural but you have to overpass those states of mind if you want to change your environment. Because it begins with you ! 

It is easy ! Look at what I am reading, tweets and books. I saw a documentary about Coca cola and it made me feel good to see how my effort for eating healthy was a good way. Your changing will impact around you, and that’s how we have to stop to think that one person can’t change anything. You can change something if you talk around you, if you stop to be scared about people who are disagree. I had been scared to say what I thought and I hoped for someone to tell it for me. But no one will come for saying what you think, no one except you.

Hum… This was not the goal of this article but whatever, it gives you a reason to read it ! lol.

Greatness is coming 

In plus of all these news things I learnt, I am preparing my Copenhagen trip ! YAY ! Can’t wait to show you everything. And I just learnt I will participate to my first BOOK FAIR ! Participating, not attending. My CV is on fire haha.

When you want to work in a book field, people see you as a future homeless person but, by and by, I feel that every little victory I get is a snap in their face. I did not finish my studies so I can’t say what Lord is preparing for me, but until now I am just grateful and happy to do what I want. Not what my parents want, not what people want, but what me, myself and I want.

It’s a sane feeling, it’s exciting becaus you don’t clame you succeed, you just TRY. And people can’t take that from you, people can’t tell you if you will succeed or not, or if giving a try is vain. Because they don’t know what success means to you and maybe you don’t know yourself ! I don’t know when, or if, I will succeed. I just want to do like I do right now : step by step, trying and hoping for the best.

That’s all for now ! Can’t wait to tell you about my adventure ! Keep smiling and wish you the best for this week, month and year !