[ENGLISH ARTICLE] Blackfeminism in France : what’s going on ?

It’s been a while since I wrote an english post, right ?

Even if I try to dedicate my blog to french readers, I am more and more concerned about keeping in touch with english-speaker fellows ! If you did not follow the last afrofeminist events taking place in Paris, here is a little recap :

– On February, “Ouvrir La voix”/”Speak up/Make your way” hosted the first black feminist conference ! After 30 years without any event and reunion, we’re back ! It was exciting and I was moved to be part of this event, meeting so many non-white women in the room speaking up. Amandine gay, conference’s president and director of the documentary “Speak up/make your way” presented diverse issues around being a black woman in France. This “we” around the table was meaningfull, because we shared so many different experiences (queer, islam, disability, classism, racism, sexism… ).

On March, my sisters were back in the streets thanks to Mwasi, a black feminist and panafrican association ! Lot of us neve felt represented in this feminist march, and for the first time, we felt there was a place for us, finally. I could’nt be there that day, but I was so full of joy to see all the pictures and all this solidarity. Even though this blackfeminist march was welcomed with racist slurs on social media (and elsewhere), nothing could fight or erase us !

Many things are coming, and it’s funny to see how many people want to insert themselves in our initiatives, so they can use us, lol. Tell’em it won’t work with Black Jesus, lmao. We are strong and visible and here.

I am touched everytime I received a tweet, a mail or private message from a black young woman telling me she’s happy. Happy to see us and what we are doing, happy from the little city where she lives.

assiégées

What’s next ? Well, the first and new intersectional magazine AssiégéEs will launch “Intersectionnalité, toi-même tu sais” (“Intersectionality, you know better”), two days in two countries (France and Belgium) with conferences, workshops and so much more ! I will participate to the one taking place in France, and maybe in Belgium too, but I can’t reveal the program for now… So stay tuned !

Advertisements

“Boys will be boys”: deconstructing manhood…

« Chaque semaine, onze femmes et moi nous réunissons, nous lisons des textes de théorie féministe et en parlons. Et pendant une de nos réunions, j’ai assisté à une conversation entre deux femmes, qui a tout changé pour moi.

L’une était blanche et l’autre était noire. La femme blanche dit « Toutes les femmes ont la même expérience en tant que femmes. Toutes les femmes affrontent la même oppression en tant que femmes et par conséquent toutes les femmes ont une sorte de solidarité féminine intuitive. »

Et la femme noire dit : « Je ne suis pas si sûre. Laisse-moi te poser une question » Alors la femme noire dit à la femme blanche, « Quand tu te lèves le matin et que tu regardes dans le miroir, que vois-tu ? » Et la femme blanche dit, « Je vois une femme ». Et la femme noire de répondre, « Tu vois, c’est ça le problème pour moi, parce que quand je me lève le matin et que je regarde dans le miroir », dit-elle, « Je vois une femme noire. Pour moi la ‘race’ est visible, mais pour toi elle ne l’est pas. Tu ne la vois pas.

Et ensuite elle dit quelque chose de vraiment surprenant : « C’est ainsi que fonctionne le privilège. Le privilège est invisible pour ceux qui en disposent. »

… Maintenant souvenez-vous, j’étais le seul homme dans cette pièce. Alors j’ai entendu ça et je crois que j’ai spontanément gémi et mis ma tête dans ma main et quelqu’un a dit, « Eh bien, quelle était CETTE réaction ? » Et j’ai dit, « Eh bien, quand je me lève le matin et que je regarde dans le miroir je vois un être humain. »

Je suis une sorte de personne générique vous savez, je suis un homme, blanc, de la classe moyenne. Je n’ai pas de classe, de race, de genre [visibles]. Je suis universellement généralisable.

Donc j’aime à penser que ce fut le moment où je suis devenu [= où il a pris conscience d’être] un homme blanc de la classe moyenne. Cette classe, cette race et ce genre n’étaient pas ceux d’autres personnes mais les miens, je devais commencer à réfléchir à ceux-ci et ça avait été un privilège qui avait demeuré invisible pour moi pendant très longtemps. »

Merci à Fabriste pour la traduction !

La conférence complète ici