#2 Rencontre avec Amandine Gay :Science po “l’élite de la nation”

Partie 1

Comédienne, réalisatrice, pigiste… J’ai rencontré Amandine Gay, réalisatrice afroféministe du documentaire Ouvrir la Voix, afin de savoir ce qui l’a conduit à faire ce documentaire sur les femmes noires de France. De son parcours jusqu’aux anecdotes de tournage, elle nous en dit plus sur elle et son cheminement. En attendant la table ronde organisée le 23 février à Paris , un entretien sera posté chaque jour jusqu’à Samedi !

Enjoy !

Mythologie de l’antiracisme – Partie 2

Partie 1   Une mythologie de l’antiracisme   Ce récit déjà écrit pour les minorités ethniques repose sur une mythologie de l’antiracisme, c’est-à-dire un ensemble de mythes construits selon une civilisation – ici, l’Occident. Parler de mythes, c’est donc aussi … Continue reading

Beautés noires – 2 : Misogynoir intracommunautaire, un corps corrompu

2. Misogynoir intracommunautaire

[TW: Spoiler, violence domestique, viol]

Dans le magnifique roman Couleur Pourpre, Alice Walker (afroféministe de renom, à l’origine du concept womanism) raconte l’histoire déchirante de deux soeurs, Celie et Nettie, vivant avec leur père veuf. Un jour, un homme se présente à leur père, demandant la main de Nettie, plus jeune et plus jolie que sa soeur. Mais le père des deux filles, soucieux de placer d’abord son aînée qu’il trouve laide, Celie, décide de la lui proposer à la place. Amer, Albert le prétendant accepte et la marie. S’en suit alors une vie de tourmentes où Celie doit servir son mari et ses six enfants tyranniques, soumise à ses coups quand l’envie lui prend. Quand Nettie apparaît un jour à leur porte, fuyant leur maison familial à cause des attouchements de leur père, le mari de Celie voit une nouvelle opportunité d’avoir la soeur qu’il désirait, et accepte qu’elle loge avec Celie et sa famille. Mais quand Nettie refuse les avances de l’homme, il décide d’interdire les deux soeurs de se revoir, les forçant à se séparer :

Couleur Pourpre est une oeuvre très riche dont chaque femme du livre pourrait être citée, tant les sujets de la femme noire sont multiples. Ce qui nous intéresse ici est le rapport d’Albert à Celie qui, à défaut d’avoir pu faire sa vie avec Shug, une chanteuse claire de peau et aux traits fins, déverse sa frustration sur la jeune femme pendant des années. Animés donc de cette attirance pour les modèles de beauté établis, les hommes noirs ne sont pas en reste dans cette manière de perpétuer le mythe de la laideur des femmes noires. Par un dénigrement du physique des femmes foncées, il y a également le prolongement de cette laideur en une culpabilité : ainsi la femme noire serait plus belle si elle faisait “assez d’efforts” pour reprendre les codes (cheveux lisses, peau claire, etc) des femmes blanches, sa beauté naturelle serait par défaut une preuve de négligence et justifierait le manque de respect des hommes noirs à son égard. Ce discours est propre à la misogynoir intracommunautaire.

celieandsugcolorpurple2

Cellie et Shug, la femme qu’Albert convoitait auparavant. Shug apprendra à Cellie a s’accepter et à renouer avec sa soeur.

La misogynoir est le terme pour qualifier une misogynie spécifique visant les femmes noires, et produite par les hommes en général – indépendamment de leur couleur de peau, donc. Le cas intracommunautaire est important, dans le sens où nous serions tentés d’imaginer que le(s) beauté(s) noire(s) seraient plus encensées par les hommes noirs : c’est une idée fausse. Les communautés afros n’échappent pas aux diktats de beauté de la suprématie blanche, et les perpétuent avec le colorisme, et d’autres injonctions portant sur le corps de la femme noire. C’est ce que Trudy, l’afroféministe et auteure de Gradient Lair, explique ici :

Misogynoir intraracially is proliferated with colourism, fat shaming, classism, ableism, homophobia, transmisogyny (i.e. when Laverne Cox is street harassed and asked is she “a nigga” [transmisogyny in a Black cultural context] or “a bitch” [misogynoir in a Black cultural context] literally no one else on Earth but a Black trans woman would experience that; period) and other oppressions.

La misogynoir est donc une extension intracommunautaire d’une misogynoir généralisée dans notre société. Les normes patriarcales qui la sous-tendent dépendent évidemment du contexte où elle s’effectue : par exemple, dans certains pays africains, des femmes minces et avec des formes peu marquées subissent un body shaming spécifique car elles ne correspondent pas au modèle de la femme noire avec des rondeurs. Le schéma a beau être différent donc, le corps de la femme noire reste soumis à des modèles de beauté dominants, régis par des normes patriarcales.

En conséquence, la participation des hommes noirs au maintien de ce dénigrement raciste et sexiste s’explique, non seulement par un racisme intériorisé, mais aussi par leur privilège masculin qui prime sur la condition féminine des femmes noires. C’est ce qui leur permet de bénéficier des normes patriarcales et d’exercer leur domination dans une sphère intracommunautaire, comme le développe Trudy :

“because of how cis, heterosexual, and male privilege function, cishet Black men have privilege over Black women and can reward/punish through patriarchal norms and violence, even as Black men face other oppressions (including racism that Black women also face). This can be seen in intraracial spaces that Black men are expected to dominate and control, such as the home, the Black Church, community organizations (who organizes versus who is seen/lead), Black cultural production (i.e. hip hop, comedy, film), the budding business of “relationship advice” as a secular space of Black male domination in the way the Church is, and public social space (i.e. street harassment) in communities.”

Ainsi, la frustration d’Albert déversée sur Celie est emblématique d’une domination masculine sur le corps de la femme noire. Le corps noir, élément commun, ne suffit donc pas à rassembler les personnes noires et à pallier une violence et une stigmatisation extérieures, car il est soumis à l’oppression sexiste en son sein (en plus d’une oppression raciste que nous avions développé dans la première partie).

Pire encore, l’emprisonnement du corps noir dans un système raciste et sexiste est tel qu’il a donné lieu à deux mythes destructeurs aux USA, comme le décrit Angela Davis :

  • Le mythe du violeur noir : d’une part, les hommes noirs étaient connotés comme une constante menace pour les femmes blanches. Hypersexualisés de manière agressive, ce mythe a provoqué des lynchages massifs d’hommes afro-américains pour justifier le système raciste aux Etats-Unis.
  • Le mythe de la mauvaise noire : de l’autre, les viols punitifs ou autres, subis par les femmes noires à cause des hommes blancs ont participé à la stigmatisation de la femme noire comme étant un être honteux, méritant d’être dénigré. On peut citer aisément le traitement de l’affaire DSK.

Ces deux mythes sont amèrement décrits comme jumeaux, c’est à dire qu’ils fonctionnent et se maintiennent l’un et l’autre au sein d’une même société oppressive :

“The myth of the black rapist of white women is the twin of the myth of bad black woman – both designed to apologize for and facilitate the continued exploitation of black men and women. Black women perceived this connection very clearly and were early in the forefront of the fight against lynching”

L’image d’Albert séparant Celie de sa soeur, soit la seule personne qui la rassurait et la poussait à s’accepter est le premier chapitre d’une longue vie où Celie va tenter de s’affirmer par d’autres regards que celui de son mari, afin de s’émanciper.

tumblr_m3brzklEvW1qj9z8jo1_500

Le passage haletant où Cellie brise le silence et brandit le couteau après des années à subir sa misogynie destructrice.

 

S’émanciper à la fois des diktats occidentaux et blancs et à la fois de la domination masculine, voilà le joug auquel est soumise la construction d’une beauté noire et de l’identité de ces femmes. Face à ces oppressions entremêlées, la sororité entre femmes noires apparaît comme le vecteur d’espaces safe, soit des espaces d’empowerment et d’estime de soi pour cette beauté noire si difficilement plurielle dans sa revendication, et évitant l’écueil de remplacer un diktat par un autre… Mais qu’en est-il vraiment ?

 

 

 

[Just Follow Me Mag] Out in the Blue + Interview de Léonora Miano

“Lève-toi, le ciel flambe déjà” Le 7 mars, je me rendais au Musée Dapper à Paris pour la performance Out in the blue de Léonora Miano. Je dis performance, parce que ce n’était pas un récital, ni un concert, ni … Continue reading

[Just Follow Me Mag] Sula de Toni Morrison

  Née en 1931, Toni Morrison a marqué le monde littéraire par ses œuvres, restituant à une littérature américaine blanche une partie de son histoire, souvent tronquée. Là où d’autres relatent l’esclavage, elle a voué son travail à la contemplation … Continue reading

Complicit No more: “Conscientious feminism” par Minna Salami et réflexions.

  “Feminist do kill joy in a certain sense : they disturb the very fantay that happiness can be found in certain places” Dans Complicit No More, Minna Salami, journaliste et bloggeuse très intéressée par le féminisme africain, a écrit … Continue reading

Rencontre #4: réflexions sur l’afroféminisme francophone

Je me demande souvent comment je me retrouve à rencontrer des personnes aussi inspirantes, même si ça nous vaut de déprimer en fin de soirée parce qu’on n’a pas fait grand chose jusqu’ici. Lors de cette soirée, j’ai aussi rencontré Nathalie Plummer, a.k.a The Conquering Lion (voir le clip ci-dessus), personne très charismatique et super avenante, qui vient de sortir son album. C’était intéressant d’avoir son point de vue de femme caribéenne ayant vécu en Angleterre, elle s’étonnait de voir pourquoi tant de personnes non-blanches insistaient sur le fait qu’ils étaient français et il a fallu lui expliquer les problèmes que sous-tendaient cette question (le manque de reconnaissance, les attaques dans les médias, l’histoire des Caraïbes, etc), mais pas assez de temps pour développer tout ça !

Durant les nombreuses discussions qui ont eu lieu, l’afroféminisme francophone est venu sur la table, l’occasion pour moi de découvrir qu’il y avait eu des groupuscules afroféministes en France ! Je ne sais pas si vous réalisez l’ampleur de la chose, mais sachant que la plupart des références que l’on donne sont des militantes afro-américaines, il était assez surprenant de voir qu’il y avait eu d’ores et déjà des mobilisations. Ca pose également des questions de l’effacement systématique de la femme noire dans l’Histoire, que ce soit dans le militantisme ou même des mouvements  littéraires ( coucou, la Négritude).

Quelques liens, donc :

Comment penser sexe, race, classe ? : petite histoire de l’Union des Femmes de la Martinique ou quand les plus minoritaires sont les plus universelles

Gerty Dambury:”J’ai un passé de féministe. J’ai participé à la coordination des femmes noires qui a existé en France entre 1976 et 1981, à peu près”

Et cette interview de The Conquering Lion :«C’est très difficile d’être une femme noire caribéenne ouvertement lesbienne»

 

GOOD HAIR, le documentaire de Chris Rock x Retour au naturel

Je viens de visionner le documentaire de Chris Rock, Good Hair. Eh oui, je sais, il était temps. Dans la lignée des documentaires de la “black culture”, Good Hair se distingue par son regard tranchant, toujours avec humour, sur l’industrie … Continue reading

Aux dernières nouvelles…

New York Melody – un film à voir, d’une douceur rare. Ca faisait longtemps que je n’avais pas vu une comédie qui met de bonne humeur, très loin des comédies romantiques clichés. La musique est magnifique, et le film nous berce de relations en relations sans tomber dans la démesure. En tout cas, je vais l’acheter en DVD !

L’autobiographie de Malcolm X – De la figure contestable à un amour incontestable, c’est mon livre du mois ! (pour ne pas dire de ma vie, se rapprochant de près pour mon amour de Toni Morrison). J’en ai assez parlé ici pour ne pas avoir à justifier sa place dans cet article, n’est-ce pas ? Même après avoir fini ce livre il y a quelques jours, je n’ai pas encore osé lire l’épilogue d’Alex Haley. #macordesensible

L’expo The Great Black Music (5e pour les – de 25 ans) – une expo plus que fournie en informations mais qui reste limitée aux artistes les plus connus de la scène afro internationale. Néanmoins, j’ai apprécié la mise en avant du revers politique des artistes, et les ateliers annexes (comme souffler sur des bougies pour faire apparaître des esprits dans les documentaires,mouahaha.. Bon, ok.). Rafraîchissant, mais une visite ne sera pas assez pour voir tout le contenu 😉

Au Village – Djilor Village – J’ai envie de vous dire, vous même savez la réputation des restaurants afros. Eh bien imaginez le contraire, et vous obtenez un restaurant cosy au personnel très sympathique et à la musique d’actualité (là-bas, on ne passera pas du saga africa,quoi). Je n’ai essayé que les plats africains de la carte, mais promis, je vous rapporterai ce qu’il en est de leur féroce et de leurs accras. Pour sûre,j’y retournerai !

Djilor Village – ex Au Village
86 avenue Parmentier, 75011 Paris (situer sur la carte)
01.48.05.63.45

 

 

 

Déjà mon centième post ! 🙂