F.A.Q

Je regroupe ici les questions qui sont les plus posées sur mon ask, ici. Beaucoup de réponses sont déjà présentes sur le blog, donc soyez sûres d’avoir fouillé à l’aide des catégories et de la barre de recherche dans la sidebar à droite😉

Pour le reste, vous pouvez

Quelles sont tes modèles antirasciste ??
Toni Morrison, Alice Walker, Breeze Harper, Malcolm X, Léonora Miano, Frantz Fanon… je continue ?
Comment fais-tu quand tu en as marre du militantisme sur twitter ?
La question à un million… J’essaie de faire une pause, je passe plus de temps IRL pour voir ce que je peux y faire car le militantisme sur Twitter n’est pas une fin en soi (j’ai d’ailleurs beaucoup d’idées). Puis après, j’essaie de me rappeler pourquoi je fais ça, je me ressource en lisant beaucoup de livres, d’articles qui ont ce dont j’ai besoin.

Sur l’intersectionnalité

Est ce qu’il faut dire “intersectionnalité” ou feminisme intersectionnel”? Quelle est la différence ? Dans lequel des 2 termes te reconnais tu?
L’intersectionnalité c’est l’approche. Le féminisme intersectionnel est donc un féminisme qui utilise cette approche🙂 Du coup, ils sont indissociables en fait.
Si ça ne te dérange pas, j’aimerais savoir comment bien utiliser le mot “intersectionnalité”, parce que je crois que je l’utilise mal. Je pensais que ça voulais dire, en gros, “convergence des luttes”, mais c’est pas ça ?
Nope. Disons que c’est une version tronquée, alors qu a l origine, ce serait intersection entre la race et diverses oppressions. La race est l’axe de base de l intersectionnalite puisque ce concept a été créé par et pour des femmes noires. Il s’est développé en réponse à un feminisme TM blanc excluant, une imension qui a été reléguée à l’arrière plan en France, en fait.
J’ai vu des personnes signaler que l’intersectionnalité étant à la base une réflexion sur les rapports de genre & de race, le fait de les élargir à d’autres problèmes (psyhophobie, validisme, transphobie etc.) était de la réappropriation culturelle, est-ce qu’il existe un autre terme moins gênant ?
Moins gênant, ce serait davantage parler d’être “anti-oppressions” en général, mais l’abus de langage de l’intersectionnalité a tellement sévi, que je crois qu’il y a davantage de termes anglais que français, en fait.
[  ]Comment est ce qu’on peut (et d’ailleurs est ce qu’on doit) présenter 1 front uni tt en respectant la diversité de toutes les identités féministes ?
Je pense qu’il faut présenter un front uni oui, dès lors qu’on s’attaque à un système, on ne peut pas s’éparpiller, et l’IVG/contraception, lutte contre la culture duviol a été batties sur ces coalitions entre différents groupuscules, sauf qu’en France on a totalement effacé l’existence des groupes de féministes racisées. To-ta-le-ment. Et cette invisibilisation, au final, on en hérite aujourd’hui puisqu’on doit, en tant que féministes “racisées”, retrouver ces références, se construire, savoir qu’il y a un féminisme qui nous concerne etc… En d’autres termes, le féminisme “blanc”, du moins en France, s’est tiré et se tire encore une balle dans le pied d’un féminisme “uni”.

Je pense que le respect de la diversité n’empêche pas ces coalitions puisqu’ils demeurent des questions communes à toutes les femmes, et qu’il y a des adaptations (en gros, c’est pas parce qu’on a appris à faire du yaourt, que ça a empêché de faire des yaourts vanille, fraise, citron, etc..) (métaphore du matin, bonjour) à faire. D’une part, il y a cette adaptation à cette diversité qui passe par l’écoute, mais aussi une question de confiance : les initiatives communautaires sont toujours taxées d’entre soi comme si les concernéEs étaient incapables de prendre part à des luttes globales s’il n’y a pas INJONCTION ou un “VRAI” féminisme pour guider la voie et leur rappeler. C’est totalement faux et paternaliste, ça participe à cette idée que “diversité” = “dispersion”, alors que des projets comme l’essai Complicit No more est l’exemple d’un projet intersectionnel tout à fait inspirant et parlant à plusieurs types de femmes.

Aborder la diversité de toutes les identités féministes ne peut pas se faire en une fois, mais n’est-ce pas l’intérêt d’être nombreuse à vouloir “commencer” à en parler ? Après ton interrogation est intéressante puisqu’elle touche une remise en question de l’intersectionnalité actuelle. MAY CECI EST UN AUTRE SUJET🙂

Ton ask est très intéressant mais j’ai un peu le sentiment que l’intersectionalité ça reste un concept très universitaire, avec beaucoup de jargon pas facile à appréhender pour des gens qui ne parlent pas anglais ou n’ont pas fait d’études supérieures.
Merci beaucoup. C’est la critique effectivement qu’on peut en faire, mais les néologismes servent à nommer des situations invisibilisées que le vocabulaire français ne nomme pas, et c’est une des conséquences de la norme, justement. On est contraint d’avoir un vocabulaire pour nommer les choses que l’on subit ou les intersections, et les mécanismes. Ca devient très compliqué quand même un terme comme “racisé” est problématique, par exemple. Enfin, tout ça pour dire, je comprends.

Honnêtement, il y a beaucoup de blogs fr qui rendent l’intersectionnalité accessible par des articles-résumé, ou encore “101”. Il y a par exemple lmsi.com “Les mots sont importants”, qui traitent de divers sujets.
Sur mon blog, mes articles “Réflexions” me semblent moins théoriques, parce qu’ils prennent des réflexions que j’ai entendu dans mon quotidien et les analysent, ce qui peut aussi aider et donner un exemple concret – après je suis une littéraire, donc parfois ça se ressent lol

Peut-on comparer genre et race dans la mesure où les deux sont des constructions sociales ?
Je ne comprends pas ta question : s’il existe des femmes “racisées” qui cumulent donc ces constructions sociales, pourquoi on ne pourrait pas comparer ces constructions et leurs intersections ? Ta question est posée comme s’il n’existait pas de femmes “racisées”
Que penses-tu de l’emploi du mot “racisé” ?
On a un article en préparation qui fait déjà 8 pages, donc je ne peux pas te répondre en une réponse ask lol mais il est problématique, d’où l’emploi des guilemets
La question t’a p-ê déjà été posée/est problématique, pardonne-moi si c’est le cas :y a-t-il des dénominations non-excluantes pour les personnes racisées ?Parce que tous les termes que je connais (racisé.e, non-blanc.he, de couleur) impliquent que la personne “normale” est blanche, par opposition… 
Si tu trouves ce mot, dis-le moi😀 c’est effectivement le problème (minorités ethniques aussi, etc), donc ce que je fais c’est que je mets des guillemets à “racisées” ou ce genre de terme, faute de mieux.
Comment écrire des personnages noir-e-s dans la fiction ? Si on les politise ça va pas, mais si on passe sous silence le racisme quotidien subi ça va pas non plus j’imagine ?
Intéressant comme question, mais les deux peuvent être présent, en témoigne notre quotidien. Par exemple, un deslivres qui m’a le plus marqué c’est “Blues pour Elise” de Léonora Miano ; soit une bande de femmes noires qui parlent de tout et de rien ET de ce qu’implique leur identité (la sexualité, le regard de l’autre, l’élection d’Obama pour les afro européens).
Pas besoin de nécessairement tomber dans la biographie du militant noir engagé hein.
Les perruque “afro”, c’est raciste? C’est vrai que j’avais jamais pensé que ça pouvait catégoriser un certain type de cheveux (et de personnes), je pensais que c’était juste “une coupe marrante” (vu qu’on l’utilise pour se déguiser)
Petit point historique: les clows ont un afro car ca descend de toute la tradition des menestrels show ou du moins des comédies racistes, donc oui prendre une perruque afro “parce que c’est marrant les cheveux crépus” et qu’on estime que ce trait des personnes noires est susceptible d’être un costume, c’est raciste ouais. Par exemple, pourquoi à tes yeux c’est “une coupe marrante” ? Parce que c’est différent ? Il suffit d’y réfléchir deux minutes pour voir que la plupart des déguisements reposent sur des constructions racistes en prenant d’autres cultures “minoritaires” pour s’amuser😉
Qu’est ce que le black féminisme selon toi ?
Côté afro américain : http://ask.fm/mrsxroots/answer/111051435549
Sinon pour moi, c’est un féminisme destinée d’abord aux femmes noires de toutes les diasporas, qui s’axe dans une démarche antiraciste, et qui voit les corrélations que suppose une identité de femme noire.Après, je pense que le blackfeminism tend la main aux autres femmes “racisées” en général. Et je pense que c’est important de garder à l’esprit que le blackfeminism est une réponse à un féminisme excluant x)
Que penses-tu de la notion d’intégration à la française qui demande aux populations immigrées d’adopter valeurs, langue et culture française, de préférence en oubliant celles de leur pays d’origine ? Je n’avais jamais interrogé cette notion et me rends compte qu’elle est problématique…
J’avais donné un élément de réponses là : http://ask.fm/mrsxroots/answer/116845343773
En fait, le fait d’adopter la langue d’un pays, quelque soit ta nationalité et où que tu ailles, j’estime que c’est un minimum. Dans un monde idéal, on adopterait les valeurs et la langue d’un pays où l’on veut séjourner sans que ce pays ne prône l’effacement de notre culture maternelle.
Sauf que dans les faits, t’as des rapports de force : les expatrié(e)s français se soucient peu d’apprendre la langue du pays qu’ils occupent quand ils évoluent dans les quartiers/lycées/cercles français, en petite élite. Si on faisait un lycée congolais en plein paris, on sait déjà quelles seraient les réactions.Même administrativement, conserver une double nationalité est compliquée (et mal vu, parfois).
Puisque le racisme n’est pas une question d’interprétation, est-ce qu’une personne de couleur a forcément raison dès qu’elle dit que qqch est raciste, ou peut-elle parfois croire que qqch est raciste alors que ça ne l’est pas (même si elle saura mieux voir le racisme qu’un blanc évidemment)
Je comprends pas vraiment ta question, en fait : si tu sais qu’une personne a plus de raisons de savoir ce qu’est le racisme parce qu’il le vit, pourquoi demander un pourcentage d’exactitude – ce qu’induit ton “forcément” – de sa part à reconnaître l’oppression qu’il subit ? Je pense qu’à force de s’entendre dire que notre capacité à reconnaître le racisme est l’objet de notre susceptibilité et d’avoir subi le racisme en silence, une personne “racisée” aura toujours plus de chances d’avoir raison qu’un non-concerné.
Je comprends pas pourquoi beaucoup de noirs français sont concernés par la situation aux USA, comme si ça les concernait directement. Pourquoi les USA? pourquoi on regarde pas ce qu’il se passe pour les noirs en Espagne, en Irak, en Chine ?
Euh… Sérieusement ? Je pensais que le racisme était un lien assez directe, ainsi que la violence policière en France. Et je sais pas sur quoi tu te bases pour dire “on ne parle pas d autres pays” alors qquil y a des articles sur les noirs en amerique du sud, enRussie, au Maghreb, en Israël, etc. Donc je sais vraiment pas sur quoi tu te bases, surtout que parler de ferguson c est pas évoquer un événement isolé mais bien un ras le bol d une violence répétée.
Hello ! Je suis en train de me renseigner (via ton blog, ceux de Ms. Dreydful et Negreinverti) sur le féminisme intersectionnel que j’ai découvert grâce à ton Ask. Je me demandais quelle bibliographie pourrais-tu me conseiller sur le sujet, je suis un peu perdue parmi toutes les infos que je reçois
Bah, je dirais que ça dépend de ce qui t’intéresse quoi, niveau axes. Moi, c’est assez accès sur l’antiracisme et le concept original, je donnais des références ici : https://mrsroots.wordpress.com/2014/08/09/intersectionnalite-et-afrofeminisme-le-memo-1/
Après pour le reste, je lis tellement d’articles et j’ai entendu tellement de références que je fais un tri en fonction des axes qui m’intéressent, et de l’approche. Il y a des sujets phares que je passe en priorité, donc je te conseillerai de chercher ce qui t’intéresse, avant d’élargir.🙂
Bonsoir ! En ce moment je m’interroge énormément sur le féminisme (mouvement auquel je prends part) mais je me demandais surtout ce que vous pensiez du sexisme “anti-hommes”. Existe-t-il à vos yeux ? Pourquoi mettre une main au cul d’une femme serait du sexisme et non pour un homme ?
Non, ça n’existe pas, pour la simple et bonne raison que le sexisme est une oppression reposant sur des mécanismes sociaux, entre un dominant et un dominé. On ne peut pas comparer l’oppression sexiste que subissent les femmes sur plusieurs axes (le travail, l’espace publique, les médias, leur corps, etc), sur des milliers d’années à des incidents isolés qu’auraient vécu çà et là des individus prenant par du groupe dominant que sont les hommes.
Si l’on met une main au cul d’un homme, est-ce que c’est parce que c’est un homme ou parce que c’est juste un acte vulgaire et déplacé ? Tu vois ce que je veux dire ? Ce n’est pas seulement le fait de mettre une main au cul à une femme qui est sexiste, c’est que l’on se permette de penser que le corps d’une femme soit disposé à ce genre de gestes (être sifflée, méritant d’être hypersexualisée en fonction de ce qu’elle porte), juste à cause de son genre. Et ça, c’est ancré dans la culture et l’éducation, ce n’est pas un incident isolé.
Tu pourrais me conseiller un site (en anglais ou en français) qui traite du racisme dans la culture ? Je lis déjà Le Cinéma est politique, ton blog, celui de Ms Dreydful… (fin son tumblr et son wordpress)
Mmmh *part fouiller dans sa blogroll*:
http://www.cases-rebelles.org/
http://parlonsdesfemmesnoires.wordpress.com/
http://touslesgoutssontdanslaculture.com/
http://weneeddiversebooks.tumblr.com/post/83943947418/we-need-diverse-books-campaign

Ca reste accès culture générale et un peu culture litté, après y a énormément de tumblr que je lis🙂

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s