Réflexion 5: “Je préfère la vraie vie avec des vrais gens qui militent” ou le slack activism

 

 

Ca fait un moment que je voulais analyser le cyber-activisme. Pour celleux qui me suivent sur Twitter, mon mémoire a eu le mérite d’être fun et de me permettre d’étudier les communautés virtuelles sur les réseaux sociaux – m’appuyant principalement sur l’Intelligence Collective de Pierre Lévy -, et surtout la manière dont la mobilisation virtuelle de plusieurs internautes peut constituer un contre-pouvoir.

Dit comme ça, on se dit que c’est de la théorie, mais mes petites visites çà et là et les rencontres avec des gens de Twitter m’ont considérablement convaincue sur la désinformation profonde sur le cyber-activisme en général. Fun fact, j’ai tiré cette réflexion d’une porte-parole d’Osez Le Féminisme sur Twitter.

Quelles sont donc les raisons de cette condamnation contre ce cyber-activisme ? Pourquoi y a-t-il constamment une remise en question de sa légitimité ? Et qu’y voient ses partisans sur Internet ?

Je remercie toutes les personnes sur Twitter pour leur participation dans ce débat très intéressant tenu ce matin, et j’espère que cette (petite) réflexion rendra compte de la complexité du cyber-activisme.

Cyber-activisme et Activisme : Papier – Ciseaux ?

Activisme, nom masculin: Attitude politique qui préconise l’action concrète.

Plus difficile par contre de trouver une définition complète ou officiel du cyberactivisme, mais je vous poste la petite bribe de Wikipédia :

Les termes de cybermilitantisme – ou de cyberactivisme – désignent les différentes formes de militantisme pratiqués à l’aide de l’Internet

Par Internet, on pourrait souligner la concentration du cyberactivisme sur les réseaux sociaux et les réseaux de blogs. Le cyber-activisme se distingue de plus en plus par la mobilisation et le monopole d’outils de partage comme le hashtag, la possibilité de partager des articles via des widgets, les citations, etc. En d’autres termes, le cyberactivisme mobilise des contenus diverses en vue de constituer un contenu militant, par l’analyse et le commentaire.

Ses principaux atouts ? Sa diffusion immédiate et l’interactivité qu’il offre, mais aussi l’absence de filtre médiatique (dans le sens où tout le monde peut fournir un post de blog, mais pas nécessairement publier un article dans la presse). Et, surtout, sa connectivite en temps reel avec un militantisme international.

Cette perméabilité permet aussi une accessibilité plus facile aux informations, et donc d’intéresser davantage de personnes, loin d’un imaginaire collectif où le cercle militant apparaît comme un cercle fermé et restreint, en marge.

 

L’interconnectivite des internautes permet la mise en place d’un reseau, de sorte que l’on m’a demande: ou commence le cyber-activisme. Mais celle-ci peut s’appliquer egalement au militantisme : ou commence-t-il ? A la prise de conscience ? Aux dialogues avec des proches ? Aux manifestations dans la rue ? 

En effet, la critique qui revient le plus souvent sur le cyber-activisme se situe au niveau de ce que l’on peut définir comme une action concrète. En effet, le cyberactivisme, appelé péjorativement “militantisme hashtag”, est constamment renvoyé à sa nature virtuel, et donc à son caractère immatériel, en comparaison aux manifestations, au xrencontres, aux organisations physiques IRL. Si tout le monde s’accorde plus ou moins sur l’efficacité de ces deux types d’activisme, il demeure cette hiérarchie du réel sur le virtuel, si ce n’est un réel dénigrement quand ce dernier attire les médias. Il y a cette passivité du virtuel mise en opposition à l’action sociale physique qui sous-tend la critique de l’activisime, mais aussi le fait que le virtuel ne peut pas être défini comme une finalité si l’on vise la révolution d’un système social.

Passivité du virtuel… ou passivité du médium ? La littérature engagée et d’autres médias ont été soumis au même procès, notamment a l’encontre d’un militantisme académique à qui l’on reprochait, historiquement, de ne  “lutter qu’avec des livres”. Pourtant, beaucoup de ces critiques semblent occulter que ces médiums textuels ont une pérennité rare : ainsi lit-on encore aujourd’hui les écrits de Marx, Malcolm X ou Audre Lorde pour donner sens à des actions physiques. Et même la transmission de ces actions physiques dans le temps se font via… les livres, les photographies, les témoignages.

Ainsi,  à définir le cyberactivisme comme passif, ne formulons-nous pas davantage un militantisme élitiste ? Cette passivité ne constitue-t-elle pas une invective visant à nourrir le portrait du “bon militant-isme”  et du “mauvais militant-isme” ?

 

Les cyberactivistes : des militants seconds, vraiment ?

Dans cette bataille de medium donc, entre pro-virtuel et pro-IRL (a noter que les pro-virtuels n’excluent pas l’IRL, mais le considerent comme une continuite), il y a vraisemblablement une volonte d’instaurer une valeur du militantisme: les cyber-activistes  sont constamment ramenes a cette caricature de l individu devant son PC, profil d’un militant second qui favoriserait l’Internet pour ne pas “vraiment agir”. La encore, on remarquera la subjectivite de la notion d’agir, comme si toute activite intellectuelle et virtuelle  (lire, ecrire des articles, interagir via le reseau) n’etaient pas “assez engage”.

 

 

La critique du cyber-activisme abrite  une remise en question de son influence et de sa potentielle légitimité. Il n’est donc pas étonnant de retrouver cette critique de la part d’un militantisme institutionnel, ou du moins de la part de militants déjà considérés, à l’égard d’autres militants.

Internet répond à la diversité des profils des militants et à leurs spécificités. Il démocratise l’acte de parole, notamment lorsque ces derniers sont victimes des corrélations de différentes discriminations – c’est pourquoi le cyberactivisme s’adapte particulièrement aux mouvements intersectionnels ou inclusifs, puisqu’ils comprennent des profils marginalisés , des identites plurielles.

Ces militants du net sont-ils des militants de seconde zone, donc ?

Non. La hiérarchie induite entre cyberactivisme et activisme n’est que le socle d’une hiérarchie entre le militantisme traditionnel et le cybermilitantisme, reposant a la fois sur une mystification du reel par rapport au virtuel (on retrouve le meme debat pour le livre papier VS livre numerique, par exemple) et sur des ressorts excluants en ne prenant pas en compte la diversité des militants:

Entre autres exemples, il est important de souligner que le recours à l’anonymat qu’offre les réseaux sociaux est un moyen dont dépendent certaines minorités silenciées.

La critique du cyberactivisme fait donc souvent l’objet d‘une valeur apposée au militantisme de chacun, et il est inquiétant de voir se banaliser ce discours sans concevoir le cyberactivisme comme un continuum vers l’IRL.

Est bon militant, celui qui descend dans la rue ? En participant à ce type d’injonctions, nous niions non seulement que l’accessibilité au militantisme dépend de nos privilèges, mais que se limiter au virtuel peut être le résultat d’une oppression. L’acte de parole et sa diffusion varie selon les minorités discriminées, invisibilisées et marginalisées; et ne donne pas nécessairement accès à cette continuité IRL.

 

Cet elitisme militant est nocif et devalorisant: il ne profite pas de cette permeabilite d’inclure des gens dans ce mouvement. Si l’on ne nie pas le pouvoir des organisations physiques, les réseaux sociaux permettent aussi un système de pression et d’influence sur les médias, notamment, et favorisent les rencontres par la suite, autant sur le plan des convictions que sur le plan humain. C’est sur cet aspect que nous reviendrons dans la seconde partie.

 

Pour aller plus loin :

Deux temoignages :

Les réseaux sociaux, mon militantisme et Moi. (partie 1): On construit nos pensées, nos réflexions, on s’ouvre à d’autres luttes, d’autres idées.”

http://thisseabreathesevil.tumblr.com/post/68819379902/les-reseaux-sociaux-mon-militantisme-et-moi-partie

Du militantisme par Internet : “est-ce que je considere mon activite sur Internet comme du militantisme ? Majoritairement, non.”

http://oi.crowdagger.fr/post/2014/04/04/Du-militantisme-sur-le-web

Une analyse globale des reseaux :

Le militantisme “presse bouton”: ‘Selon Madeleine Gauthier, c’est une forme d’interpellation politique des carences de nos institutions qui devraient incarner des idéaux de justice et d’égalité et dont les jeunes ne profitent pas.’http://www.iteco.be/antipodes/Jeunes/Le-militantisme-presse-bouton

 

P.S: desolee pour les accents manquants, la faute a un clavier qwerty par defaut ;)

12 thoughts on “Réflexion 5: “Je préfère la vraie vie avec des vrais gens qui militent” ou le slack activism

  1. Tu as osé ressortir ce truc éventé de ” l ‘ anonymat ” sur Internet ? cette notion ne peut existé techniquement parlant , sauf concernant le direct download et TOR ( et son pendant pour les crétins : le dark web ) , nous sommes tous attaché à des IP qui nous situe sur la toile , cela ce joue entre ton laptop , ton provider et le serveur que tu consulte , on peut remonté ta trace via un simple ping ( vieux reste d ‘ UNIX …) sinon très bon texte

    • Oui j’ai ose, parce que je doute que l’anonymat preserve toujours plus que d afficher son nom. Je n ai pas dit que c etait infaillible, la preuve etant qu on a oute plusieurs militants, mais son recours a une motivation.

      • Comment dire , j ‘ ai l ‘ impression de lire une communiste pré Léniniste ; c ‘est très bien le militantisme , c ‘est croire en des idées , mais la Propagande , c ‘est autre chose , c ‘ est apporté la ” bonne parole ” , quelle quelle soit ; au sceptique , je me répète , les blogs et leurs éventuel successeur , permette une intéraction entre le béotien et l ‘ initié , c ‘est mieux que certaines permanence politique que j ‘ ai fréquenté jadis , mais encore une fois , il faut enlevé un ” anonymat ” qui n ‘ excites pas .

      • Moi j ai plutot l impression que tu melanges plusieurs choses que je n ai pas necessairement dites. On ne peut pas etre d accord sur tout😉

  2. C’est une réflexion intéressante enrichie par pas mal de tweets-témoignages. Ce qu’il faudrait (mais bon ça impliquerait une enquête sociologique massive), c’est recueillir des avis de “non-connectéEs/peu-connectéEs” sur la question. Parce que là on a des avis de gens pour qui le cyber-activisme a été un réel apport (en terme d’éducation, de réseautage, de partage) et j’aurais personnellement à peu près le même genre de réponse. Oui internet est un outil plutôt puissant, ça m’a amené à des sujets et des concepts auxquels il aurait été particulièrement moins évident d’arriver sans (mais pas impossible). Mais est-ce le cas pour tout le monde et toutes les luttes ? Pour en avoir discuté avec des personnes très politisées et très militantes mais peu connectées (on va dire un profil “anarcho-écolo sur la ZAD”), on voit qu’elles sont complètement coupées du “monde des réseaux sociaux” (mais pas internet), ses codes et aussi ses possibilités.
    Il y a aussi une critique que l’on peut faire par rapport au militantime numérique, c’est que s’il permet de faire entendre la voix de groupes marginalisés/invisibilisés, il crée aussi ses propres inégalités : les personnes ayant des professions plus intellectuelles et plus de compétences (pour faire des jolies vidéos, des Gifs et des tumblr bien designés) auront plus d’influence. En gros, si on est devant un écran (à bosser dans les métiers de l’information et la connaissance : journaliste, com’, recherche, culture) la plupart du temps, on aura plus de facilités à faire du cyberactivisme efficace et régulièrement qu’unE manut’ qui checkera son smartphone 15 minutes le soir en attendant le bus. Ca ne veut pas dire que les ouvrierEs ne peuvent pas faire d’excellent blogs, tumblr, et avoir un twitter bien alimenté, mais globalement il y a une certaine (reproduction d’) inégalité en partie liée à la classe sociale (mais aussi d’autres facteurs de discrimination, bref, quand on est dominéE, on a une vie pas facile et donc ça se ressent y compris sur son usage d’internet). Mais clairement ça reste des leviers intéressant, notamment pour les gens qui ne peuvent pas trop faire autrement que de rester chez eux (handicap, timidité, peu de moyen de locomotion, besoin d’anonymat etc…)

    Une autre critique que je ferais c’est que le cyber-activisme à tendance à individualiser. Bien sûr, on peut faire des textes et du réseautage collectifs, de la veille, de l’analyse, de la cartographie etc… Mais bon c’est quand même énormément de comptes individuels qui interagissent, s’entraident ou se clashent. Dans chaque action militante (sur le net ou ailleurs), il y a une part de narcissisme. Elle peut être accessoire ou très présente. Le militantisme c’est pour beaucoup plus une question de survie et c’est pas vraiment un loisir. Mais il n’empêche, lorsqu’une personne ou une initiative est complimentée, lorsqu’un texte est critiqué positivement et massivement partagé, lorsqu’une manif est une réussite, ça renvoie une image positive à leurs auteurEs. Ca n’est pas forcément important (et après tout c’est pas grave), mais ça peut mieux se mesurer et s’encadrer “dans la vraie vie” que sur internet. Et comme les réseaux sociaux sont aussi des petits miroirs, lorsque ça se passe en ligne ça a tendance à s’exacerber.
    Idem pour les conflits. D’une façon générale, des clashs politiques peuvent avoir à leur origine en partie des conflits personnels (ou inversement des personnes vont avoir tendance à politiser des conflits personnels). J’ai l’impression qu’internet exacerbe aussi ça.
    Bref le cyber-activisme, c’est plus un truc en solo ou petit groupe (avec ses bons côtés), mais ça fait peut être un peu perdre les perspectives plus collectives ou alors les limite : signer une pétition (moui…), retweeter, partager, participer à un shitstorm contre un adversaire, liker…Avec le risque que ça n’aille pas plus loin.

    Enfin, je dirais : le cyber-activisme, oui mais avec quels outils ? Et là je rejoins complètement le texte de Lizzie. Déjà il y a pas mal de trucs développés pour un militantisme sans pub, plutôt sécurisé, gratuit, alors on devrait pas trop avoir recours aux plateformes payantes et flicantes. Mais d’un autre côté noblogs.org se fait moins bien référencer que Blogspot ou wordpress alors est-ce qu’on fait des compromis dans l’idée d’être potentiellement plus lu-e ? Idem, Facebook, twitter : grosses multinationales assez crados, mais en même temps est-ce qu’on veut s’adresser au plus grand nombre ? Mais en même temps en faisant ce choix de facilité est-ce qu’on ne participe pas à rendre ces outils toujours plus indispensables ? Cette question je me la pose d’autant plus qu’il commence à y avoir un mouvement conséquent aux USA (Seattle et San Francisco cf http://www.lemonde.fr/technologies/article/2014/05/01/pourquoi-les-manifestations-anti-high-tech-se-radicalisent-a-san-francisco_4410201_651865.html) contre les riches “techies” qui gentrifient les villes et ont une responsabilité dans la crise du logement là bas. Utiliser ces outils a des conséquences matériels sur leur vie (alors que des outils alternatifs sont possibles, à la différence de l’electricité et les composants de mon ordi). Le choix des outils n’est pas neutre, et c’est une question qui doit vraiment se poser.

  3. Pingback: Réflexion 5 (2):“Je préfère la vraie vie avec des vrais gens qui militent”, les limites. | Mrs. Roots

  4. À mon sens, l’opposition activisme IRL vs cyber-activisme est un débat tronqué. Il faudrait le reconsidérer de manière plus gobale, en terme de modes de vie.

    La question serait donc plutôt : à quel point accepte-t-on de passer notre vie derrière un écran et d’avoir nos relations avec les autres médiatisées par des machines ?

    Au-delà de la diversité des trajectoires individuelles, c’est une véritable question de société, qui dépasse largement le cadre de l’activisme. Elle peut d’ailleurs faire elle-même l’objet d’une lutte.

    Je crois que beaucoup de personnes refusent de reconsidérer la question sous cet angle, parce que ça a finalement de fortes implications. C’est la question de l’informatisation qui est au centre. Se quereller sur l’activisme revient à tenter de dissocier ses bonnes et ses mauvaises applications, en évitant de la considérer comme un ensemble émergeant d’un contexte social et historique particulier.

    • Pour avoir travaille sur la question dans un autre contexte, il est clair que cette question d’usage ne se limite pas a l’activisme et je suis tout a fait d accord sur le fait que c’est un ensemble (d’ou le fait que je parlais de faux debat dans cette opposition Virtuel et IRL puisqu il s agit d un continuum a plusieurs strates). Je t’invite a lire les deux autres articles de cette serie, qui etayent un peu la question du mode de vie et mon experience perso de ce que ca a donne IRL🙂

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s