Roots & Inspiration [ENG,FR] : La Blédardise

bledardise2

Wilfried, fondateur de la marque Blédardise

• Hello Wilfried ! Can you introduce yourself for those who do not know you ?

My name is Wilfried , I am 23 years old and I am from Cameroon where I was born . I currently live in Lyon and I have a degree in Marketing. I define myself as an afropreneur , that is to say, entrepreneur in the African environment, but not just that …

• So you recently released a clothing brand , Blédardise , who plays on African cultural references. Can you show us your project and its progress?

Bledardise is a clothing brand young , urban , and African-based offset. The idea comes from a blog that I have for 4 years , entitled ” The Blingcool Blédard ” and where I discuss all issues related to the African and Afro- descendant youth . I simply extended the concept to a brand of authentic clothing , combining modernity and tradition , and rewarding the ” African ” culture to a wide target , including non- African .

• Where have you drawn your inspiration for this clothing line ? Was it primarily motivated by the recent success of African fabrics like wax in the world of fashion?

Clothing Bledardise are relatively simple and yet , there is no real line, just a strong concept and a t- shirt funny . In the future , I intend to actually work with the very popular fabrics in Africa such as Wax or Kente . It is true that the fact that these materials have been a craze in the world of fashion these days , I hope they are there in Bledardise more than just a seasonal trend , we see them regularly as is the case Bled .

bledardise8

• The first thing that caught my attention with your brand is that you play on the strong identity of this: I feel that the bias you’re doing by putting African influences in the heart of your collections is something you are looking decomplexing by the offbeat . Is what it is to prevent amalgam or at least easy labels?

That’s exactly it . African cultures are perceived as too purely traditional and the same with the African youth , especially French . African cultures have always inspired many movements in different areas. So there is something very strong and unifying therein . But for closer advantage of a young target and contribute in my own way to the development of African urban culture , I opted for offbeat consistent with my own personality .
At first glance, one could say that Bledardise is a superficial approach, but if you look closely, you realize that there is a real world behind and that the shape and the one that sells the best from a large target .

• When I see tumblr Blédardise of the ” Very cliché ‘ but the newspaper campaign , you seem open universe with a concern for diversity. How do you maintain it ?

Having studied Integrated Marketing Communication , I know how important it is to use different communication channels my brand while adapting the message to each of them. The site itself is both a showcase , but a dip in our universe through tools such as the Dictionary of Bledardise .

With photos, Tumblr labledardise.tumblr.com thus creating various influences and sources of influence of the brand.
Facebook Page allows you to be in constant contact with the community of the brand and share the different campaigns that can quickly become viral (see campaign Very Cliché ) .
The Journal meanwhile, produces branded content that was not intended to promote the brand but to inform and entertain (eg to discover new artists, photographers, exhibitions share playlist , make report events , etc . ) . It has its own editorial line and long-term does not preclude having external contributors.

Finally, Instagram account on which the brand is still shy, serves to reveal the scenes, previews of upcoming video and collections, and any kind of exclusion .

The brand is also present but in a timely manner on networks such as Twitter and Pinterest . And we are also in the events but is not yet sufficiently well developed to talk about it.

• In France , there is often this ” communalism ” rather pejorative label , easily raised when projects highlight the cultural aspects of ethnic minorities. Are you there when you thought you created your brand? How did you face to ambient speech?

Of course I thought about it . I also had some comments about the fact that many of my models (for Street Style ) were often black , suggesting that Bledardise being a brand is aimed at a certain part of the population. If I admit recognize the representative in fashion , although I choose my models according to their style rather than their “ethnic group” , I ‘m not afraid to say that Bledardise is a brand with a strong identity and assumed – its African influences – but aims to unite everyone around the same value. And now it works: the ” blédards ” are from all backgrounds and adhere to the universe of the brand. I know, you do not need to be a sailor to wear the brand Petit Bateau , though? (Laughter)

bledardise7

• In addition to a project such as Blédardise you qualified to challenge yourself , there is a second challenge you’re talking about on Twitter: what is your status of auto-entrepreneur . How’s it going ?

Let’s say it is the most challenging part for me because everything that appeal to the administrative and legal is really not my thing. But it is not insurmountable , just make sure you learn and surround . This is what I have not managed to do from the start, too excited by the challenge that is the only marketing to launch a brand of African inspiration represented . Currently , I am learning to discipline myself administrative level , and I begin to structure me . The auto-entrepreneur status should only be temporary , in order to move towards higher status .

• Currently, France is sometimes criticized as a land not conducive to self -entrepreneurs , but also to graduates in general , due to inadequate legislation . What is it you think of ? Did what you want to give up sometimes ?

It is true that to have been in England , I find that the entrepreneurial culture in France is not very developed. It is also not uncommon to hear if you manage to take in France , you are bound to succeed abroad ( laughs). This is even more valid regarding young people: on the one hand , among those who often do much the same profile ( they leave schools of Commerce ) , and secondly , it is too competitive entrepreneurship that is promoted more often ( competition for access to subsidies and support) . This is not so much support in the project structure lacking – for we can have good tips – but the banks , investors and other key business stakeholders that are not very accessible to youth.

In my case , I would not say that I felt like giving up because I strongly believe in my project and there is not the entrepreneurial aspect that motivates me . But I strongly regretted myself not first made by hand in an agency and build me a strong network before my start . Often in government , I feel that being an entrepreneur is a default and you are told implicitly ” you chose to complicate your life and put you in a precarious situation alone, well deal with it ” (laughs).
But I tend to relativize telling me all there is better elsewhere , as there are also worse.

 

• What do you reserve to us for the future? Collaborations ? Other projects ? A small exclusive for Mrs. Roots ?

Bledardise comes at a key turning point. I need to sit down and take the right decisions. , I could tell you more about my upcoming projects (laughs). For now, I am dedicated to the release of my new collection. The small exclusive information for Mrs Roots website is that it will most certainly be entitled ” From Yaoundé To Lyon ” and there will probably be “Made In Bled ” limited edition …

• If you had any advice for those who want to embark on a project, what would it be ?
Dare. But most importantly, surround yourself well . Talk to the right people . For the rest, trust your instinct, he will tell you very quickly if you take the right path.

Pick three people who inspire you the most today !
Difficult question ! I would say my mother . For the rest, there are so many that no names come to me spontaneously.

 

bledardise4

French version:

Bonjour Wilfried ! Peux-tu te présenter pour ceux et celles qui ne te connaissent pas ?

Je m’appelle Wilfried, j’ai 23 ans et je suis originaire du Cameroun où je suis né. J’habite actuellement à Lyon et j’ai une licence en Marketing. Je me définis comme un afropreneur, c’est-à-dire entrepreneur dans le milieu afro, mais pas que

• Alors, tu as sorti depuis peu une marque de vêtements, Blédardise, qui joue sur des références culturelles africaines. Peux-tu nous présenter ton projet et son cheminement ?

Blédardise est une marque de vêtements jeune, urbaine, décalée et d’inspiration Africaine. L’idée est partie d’un blog que je tiens depuis 4 ans, intitulé « Blingcool Le Blédard » et où j’aborde toutes les problématiques relatives à la jeunesse africaine et afro-descendante. J’ai simplement étendu le concept à une marque de vêtements authentique, alliant modernité et tradition, et valorisant la culture « afro » auprès d’une cible très large, y compris non-afro.

• Où as-tu puisé ton inspiration pour cette ligne de vêtements ? Est-ce que celle-ci est motivée notamment par le succès récent des tissus africains, comme le wax, dans le monde de la mode ?

Les vêtements de Blédardise sont relativement simples et pour l’instant, il n’y a pas de véritable ligne, juste un concept fort et un t-shirt drôle. A l’avenir, je compte en effet travailler avec les tissus très populaires en Afrique tels que le Wax ou le Kente. Il est vrai que le fait que ces matières ont connu un véritable engouement dans le monde de la mode ces derniers temps, je souhaite que chez Blédardise ils y soient plus qu’une simple tendance saisonnière ; qu’on les voie régulièrement comme c’est le cas au Bled.

bledardise3

• La première chose qui m’a interpellé avec ta marque, c’est que tu joues sur l’identité forte de celle-ci : j’ai l’impression que le parti pris que tu fais en mettant des influences africaines au cœur de tes collections est quelque chose que tu cherches à décomplexer par ce ton décalé. Est-ce que c’est pour prévenir les amalgames ou du moins les étiquettes faciles ?

C’est exactement ça. Les cultures africaines sont encore trop perçues comme purement traditionnelles et ce même auprès de la jeunesse africaine, et en particulier francophone. Les cultures africaines ont de tout temps inspiré de nombreux mouvements dans différents domaines. Il y a donc quelque chose de très fort et très fédérateur dans celles-ci. Mais pour les rapprocher davantage d’une cible jeune et contribuer à ma façon à l’essor des cultures afro-urbaines, j’ai opté pour un ton décalé en accord avec ma propre personnalité.
Au premier abord, on pourrait dire de Blédardise que c’est une démarche superficielle mais en y regardant de près, l’on se rend compte qu’il y a un véritable univers derrière et que la forme et celle qui se vend le mieux auprès d’une large cible.

• Quand je vois le tumblr de Blédardise, la campagne « Très cliché » mais aussi le journal, tu sembles ouvrir cet univers avec un souci de la diversité. Comment entretiens-tu celle-ci ?

Ayant étudié la Communication Marketing Intégrée, je sais combien il est important d’exploiter les différents canaux de communication de ma marque tout en adaptant le message sur chacun d’entre eux. Le site en lui seul constitue à la fois la vitrine, mais aussi une immersion dans notre univers grâce à des outils tels que le Dictionnaire de la Bledardise.

  • Avec ses photos, le Tumblr labledardise.tumblr.com permet de décliner les diverses influences et sources d’influences de la marque.
  • La Page Facebook permet d’être en permanence en contact avec la communauté de la marque et de partager les différentes campagnes qui peuvent vite devenir virale (cf. la campagne Très Cliché).
  • Le Journal quant à lui, permet de produire du contenu de marque qui n’a pas pour vocation de promouvoir la marque mais d’informer et divertir (ex : faire découvrir de nouveaux artistes, photographes, expositions ; partager des playlist ; faire du report des évènements, etc.). Il a sa propre ligne éditoriale et à long terme n’exclut pas d’avoir des contributeurs externes.
  • Enfin, le compte Instagram sur lequel la marque est encore timide, sert à dévoiler les coulisses, des aperçus des prochains visuels et collections, et tout genre d’exclus.

La marque est également présente mais de manière ponctuelle sur des réseaux tels que Pinterest et Twitter. Et nous faisons également dans événementiel mais, ce n’est pas encore assez au point pour bien en parler.

• En France, il y a souvent cette étiquette « communautarisme » assez péjorative, facilement posée quand des projets soulignent les aspects culturels des minorités ethniques. Est-ce que tu y as pensé quand tu as créé ta marque ? Comment te positionnes-tu par rapport aux discours ambiants ?

Bien sûr que j’y ai pensé. J’ai d’ailleurs eu des remarques au sujet du fait que beaucoup de mes modèles (pour des Street Style) étaient souvent noirs, laissant penser que Bledardise étant une marque ne s’adresse qu’à une certaine partie de la population. Si j’admets reconnaître la représentativité dans la mode, bien que je choisis mes modèles en fonction de leur style et non de leur « groupe ethnique », je n’ai pas peur de dire que Blédardise est une marque avec une identité forte et assumée – ses influences africaines -, mais qui a pour vocation de fédérer tout le monde autour de même valeur. Et aujourd’hui ça marche : les « blédards » sont de toutes origines et adhèrent à l’univers de la marque.

Que je sache, on n’a pas besoin d’être marin pour porter la marque Petit Bateau, si ? (Rires)

 

• En plus de faire un projet tel que Blédardise que tu qualifies toi-même de défi, il y a un second défi dont tu parles sur Twitter : c’est ton statut d’auto-entrepreneur. Comment ça se passe ?

Disons que c’est la partie la plus éprouvante pour moi car tout ce qui attrait à l’administratif et au juridique n’est vraiment pas mon fort. Mais ce n’est pas insurmontable, il faut juste bien se renseigner et s’entourer. C’est ce que je n’ai pas su faire dès le départ, trop excité par le seul challenge marketing qu’est celui de lancer une marque d’inspiration africaine représentait. Actuellement, j’apprends à me discipliner niveau administratif, et je commence à me structurer. Le statut d’auto-entrepreneur ne doit être que temporaire, le but étant d’évoluer vers statut supérieur.

bledardise1

• Actuellement, la France est parfois critiquée comme étant un terrain peu propice aux auto-entrepreneurs, mais aussi aux jeunes diplômés en général, du fait d’une législation inadaptée. A quoi cela est du selon toi ? Est-ce que tu as eu envie de jeter l’éponge parfois ?

Il est vrai que pour avoir été en Angleterre, je trouve que la culture entrepreneuriale en France n’est pas très développée. Il n’est d’ailleurs pas rare d’entendre dire que si vous réussissez à entreprendre en France, vous réussirez forcément à l’étranger (rires). C’est encore plus valable en ce qui concerne les jeunes : d’une part, parmi ceux qui réussissent beaucoup ont souvent le même profil (ils sortent de grandes écoles de Commerce) ; d’autre part, c’est un entrepreneuriat trop compétitif que l’on promeut plus souvent (concours pour accéder aux subventions et aux accompagnement). Ce n’est pas tant l’accompagnement dans la structure du projet qui manquent – pour peu qu’on ait les bons tuyaux – mais les banques, investisseurs et autres acteurs opérationnels clés qui ne sont pas très accessibles aux jeunes.

En ce qui me concerne, je ne dirais pas que j’ai eu envie de jeter l’éponge car, je crois fort en mon projet et il n’y a pas que l’aspect entrepreneurial qui me motive. Mais, j’ai fortement regretté de ne m’être pas d’abord fait la main dans une agence et de me constituer un réseau solide avant de ma lancer. Souvent dans les administrations, j’ai l’impression qu’être entrepreneur est une « tare » et que l’on vous dit implicitement « vous avez choisi de vous compliquer la vie et de vous mettre dans la précarité tout seul, bien fait et tant pis » (rires).
Mais, j’ai tendance à relativiser en me disant autant il y a mieux ailleurs, autant il y a également pire.

 

• Qu’est-ce que tu nous réserves pour la suite ? Des collaborations ? D’autres projets ? Une petite exclusivité pour Mrs Roots ?

Blédardise arrive à un tournant clé. J’ai besoin de me poser et de prendre les bonnes décisions. Là, je pourrais vous en dire plus sur mes projets à venir (rires). Pour l’heure, je me consacre à la sortie de ma nouvelle collection. La petite exclue pour Mrs Roots c’est que celle-ci s’intitulerait très certainement « From Yaoundé To Lyon » et qu’il y aura probablement du « Made In Bled » en édition limitée…

• Si tu avais un conseil à donner à ceux qui veulent se lancer dans un projet, quel serait-il ?
Osez. Mais surtout, entourez-vous bien. Parlez-en aux bonnes personnes. Pour le reste, faites confiance à votre instinct, il vous dira très vite si vous prenez la bonne voie.

• Cites trois personnes qui t’inspirent le plus, aujourd’hui !
Question difficile ! Je dirais Ma mère. Pour le reste, il y en a tellement qu’aucuns noms ne me viennent spontanément.

bledardise6

Retrouvez Blédardise sur/Check it out:

http://bledardise.com/

https://twitter.com/bledardise

https://www.facebook.com/bledardise?fref=ts

If you want to support these new projects and want more articles Roots&Inspiration, show your support :

Like and share around you!

Si vous voulez soutenir les nouveaux projets et voulez plus d’articles Roots&Inspiration, c’est très simple:

Likez et partagez autour de vous !🙂

 

One thought on “Roots & Inspiration [ENG,FR] : La Blédardise

  1. Pingback: Salon du livre 2014 : 10/18, des cartes de visite et des ampoules. | Mrs. Roots

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s