[BOOKREVIEW]”Blues Pour Elise” de Léonora Miano : une belle intro à la Littérature Afropéenne [Fr]

Depuis le temps que j’attends de vous écrire une telle critique… Pour ceux qui me lisent depuis un moment, vous savez déjà combien j’ai l’habitude de déplorer l’absence d’une mise en valeur d’une littérature afropéenne. Les raisons de cette envie … Continue reading

My 2013’s : a surprising and revealing year [Eng]

I do not like New Year

I’ve always found something sad, even though over the years , drunkenness and friends make it lighter. But despite that, I ‘ve never seen something festive , something more melancholy , sad . In short, I always had the bittersweet. But 2013 is different. So different, so extravagant, so senior … She is so marginal and undervalued its balance sheet that it deserves!

2013 was …

1) Revealing

2013-04-21 21.58.21

There a year , I decided to go to Finland .

Neither mom or dad, or friends, or tour guide or page Wilipedia on Finland , just me announcing to the world that I would spend a year in the North, a country I did not know. I went there for one year. I came in -20 degree course , I watched two hours of sun through the window during my course in linguistics , I laughed at the cashier offered me a bag in Finnish in a different way each time. I was drinking a Chai Latte in the street cafe opposite, and I resisted eating cake with red fruit that I loved so much . I put tights under my pants , either in my city of study or Lapland.

I went on Alands Islands snowstorm , is dog sledding, ate reindeer sausage , went swimming in the Arctic Ocean in socks and swimwear, saw the sun rise on the Stockholm deck of a ferry, saw the golden Saint Petersburg metro stations and chips market the medieval walls of Tallinn … I liked it too terribly . Oh, that yes, I wish it were the people who were with me in the night make burgers in the next street , who shared a tiramisu in a restaurant with me pirates , who played flip cup with me, who listened loop “Get Free ” by Major Lazer , who participated in international dinners, which were illegal roommates in my room … I terribly liked those people that like to remember today gives tears to my eyes. This is not a love that is felt at the time, it is a posteriori love, love to have lived with them somewhere in the world.

In short, it was more than a country , it was another life. My heart sometimes tight, when I look back . No one will see these moments , not even enough pictures . I carry with me and now I know it’s something unique that has made me a different person . On open ? Listening ? Confident ? All I know is that it has brought me nothing but good, something that today , I am proud of what I am forgiven what I was , and encourages I can become , without waiting the approval of others . Others built me but does not hold my person : I found the balance.

2) SURPRISING

There a year , I decided to get into my passion.
I made ​​this choice when we wonder what we will do with his life , and in the quest for a reassuring answer and unfathomable , I came away with ” and if I tried ? we’ll see . ” That’s how I wanted my first internship in publishing. And that’s how one of the larger boxes found me in my quest . Spend a few weeks in the middle of what we love was more than I could have hoped! When you decide to work in the books, it’s not as if we had an encouraging speech from others. But what do we say? Ah yes , the approval of others, she can go … look elsewhere.
Therefore surprising because , for now, I do what I love and I had such incredible opportunities as each other . Whether by the enthusiasm for the blog , meetings via Twitter, or better yet, my participation in the magazine Just Follow me .

It’s really rewarding to have good returns on what we love to do what you’re getting involved. But it is even more so when it focuses on issues that affect everyone .

3) ICONIC

It has long asked me if I had any favorite authors , people who inspired me . Until this year , I do not have any. Really, I had no one , no model , no icons . I think I ignored it long missing from my life, that my attachment to tenfold works like Roots , at work , historical speeches, but not people , figures which I could identify. Toni Morrison has filled this huge part of my life , not only by what she wrote , but more by what has resulted.

From his works, I started thinking. I opened this blog whose beginnings were a little sketch a humanist, and I read, I am interested in issues that hit me without I did wonder. I discovered concepts, and I exceeded this limit when I ran . How to link what excites me into something constructive ? How to resonate these works and show how they are essential ? What makes literature more than words ? This is where my first born critics.

I first met Guy , this band of immigrant friends who have given me so much and my ego ravaged European privileged . My cousin told me ” I can not explain , but it takes you to read it ” in me tended of Frantz Fanon , I read every morning during my time underground . Then I devoured ” The Bluest Eye” , sometimes crying during my reading. I thought again and again , and for weeks, I had the impression of living a cultural revolution in my head : what is the interbreeding ? Why I do not feel concerned by feminism TM ? Why am I uncomfortable that I’ll never be French sensation? Is what I ‘m homophobic ? Be black ( e ) does it make me not necessarily more objective / tolerant with respect to X or Y?

I always felt as a kind of modern humanist . It was not by nobility of soul or anything , it’s just something that has always fascinated me in fact to understand others and thus to pierce the veil of ignorance and prejudice that I had. In short, I ‘ve always been fascinated by the deconstruction of self in favor of openness to the world . It’s beautiful, huh ? I have long known that the open mind, then I thought I was a crossroads for many things , but I never found the right word .

Without me noticing it , intersectional boiling was born.

This intersectional addiction has taken a long time to form, expired in miscarriages of frustration , but today , in 2013 , it is definitely there . It still has no strong labels that I announce anything ( feminist, anti- racist , etc … adjectives are too strong) . Yet , now that big big bang intellectual arose , I fed all this , slowly, quietly, and safely. I am an eternal student of intersectionality .

So I began to articulate my critical thinking through what I liked most: literature. But it was more a way to put the order to be read . Hence my surprise that people find interesting some of my thoughts , and more to the point to follow me daily in debates . A huge thank you to those people who have found what I have said answers , or just something to remove. I am very grateful , as I am still an apprentice in the field 🙂

Student who ? Of all these people who are my education daily on Twitter, in books, everywhere, who tell me when I ‘m wrong, and listen to me when I have questions. It’s a bit what makes Mrs.Roots blog what it is. And then it was without counting the meet good people to consolidate all this based on specific project auboutdeslevres.wordpress.com

AND NOW?

” Sibylle had forgotten Stockholm naked under the glare of the summer. Its iridescent beauty whispered memories ear at a street corner. She wandered for hours in the streets of Gamla Stan, flooded with tourists. Despite the popularity of this futilely called the Venice of the North , the soul of Sibyl was awake. In June, he was never late, as the sun was still up at midnight, but fatigue opposite view , she decided to resume its path. ” (From a draft)

The year 2013 is not a great story. If this were the case, there would be a beginning and an end , and I do not have the sense of unfinished while this post is too long . I honestly do not remember the bad things this year. I mean, there are no bullet points , just as some crackings (s) did not deserve . But the truth is that I want the same feeling of floating, unfinished for next year . I want to have the feeling that there will never be enough words to recount everything that was great. I do not wish you a good year, but just find your balance even floating that lets you dream in the end . To be happy whatever 🙂

For 2014 , I intend to be busy remaking the world a little darker these days . And it seems that I will not be alone to do it.

” Not alone ,” yeah . Even seems a certain someone held my hand this year to listen to me talk about printing, Scandal and Toni Morrison. Yeah, it seems the place , despite everything.

Finally, this is what I was told .

[BILAN] My 2013’s : a surprising and revealing year ! [ Fr]

[ENGLISH VERSION COMING SOON]

Je n’aime pas le Nouvel An.

J’y ai toujours trouvé quelque chose de triste, quand bien même avec les années, l’ivresse et les amis le rendent plus léger. Mais, malgré ça, je n’y ai jamais vu quelque chose de festif, plus quelque chose de mélancolique, de triste. En somme, je l’ai toujours eu à la douce-amère. Mais l’année 2013 est différente. Si différente, si extravagante, si hors-cadre… Elle est si marginale et sous-évaluée, qu’elle en mérite son bilan !

2013 was…

1 ) REVEALING

2013-04-21 21.58.21

Il y a un an, je décidai d’aller en Finlande.

Ni maman, ni papa, ni amis, ni guide touristique, ni page wilipédia sur la Finlande, juste moi annonçant au monde que j’allais passer un an dans le Nord, un pays que je ne connaissais pas. J’y suis allée pour un an. Je rentrais de cours sous -20 degré, je regardais les deux heures de soleil par la fenêtre pendant mon cours de linguistique, je riais devant le caissier qui me proposait un sachet en finnois d’une manière différente à chaque fois. J’allais boire un Chai Latte dans le café de la rue d’en face, et je résistais à manger des gâteaux aux fruits rouges que j’aimais tant. Je mettais un collant sous mon pantalon, que ce soit dans ma ville d’études ou en Laponie.

Je suis allée sur les îles Alands en pleine tempête de neige, fait du chien de traîneaux, mangé de la saucisse de rennes, me suis baignée dans l’océan arctique en chaussettes et maillots de bain, vu le soleil se lever sur Stockholm sur le pont d’un ferry, vu les stations dorées de Saint Petersbourg et leur métro à jetons, marché sur les murailles médiévales de Tallinn… J’ai terriblement aimé aussi. Oh ça oui, j’ai aimé que ce soit ces personnes qui m’accompagnaient dans la nuit prendre des burgers dans la rue d’à côté, qui ont partagé un tiramisu dans un restaurant de pirates avec moi, qui ont joué à flip cup avec moi, qui ont écouté en boucle “Get Free” de Major Lazer, qui ont participé à des dîners internationaux, qui ont été des colocataires illégaux dans ma chambre… J’ai terriblement aimé ces personnes qu’en évoquer le souvenir aujourd’hui me donne les larmes aux yeux. Ce n’est pas un amour que l’on ressent sur le coup, c’est un amour posteriori, un amour d’avoir vécu avec eux quelque part dans le monde.

Bref, c’était plus qu’un pays, c’était une autre vie. J’ai le coeur serré parfois, quand j’y repense. Personne ne verra ces moments, pas même les photos suffiront. Je la porte en moi et aujourd’hui, je sais que c’est quelque chose d’unique qui a fait de moi quelqu’un de différent. D’ouvert ? A l’écoute ? Confiante ? Tout ce que je sais, c’est que ça ne m’a apporté que du bon, quelque chose qui fait qu’aujourd’hui, je suis fière de ce que je suis, pardonné ce que j’ai été,  et encourage ce que je peux devenir, sans attendre l’approbation d’autrui. Autrui me construit mais n’est pas détenteur de ma personne : j’ai trouvé l’équilibre.

2) SURPRISING

Il y a un an, je décidai de me lancer dans ma passion.
J’ai fait ce choix où l’on se demande ce que l’on va faire de sa vie, et dans la quête d’une réponse rassurante et insondable, j’en suis ressortie avec “et si j’essayais ? on verra après”.  Voilà comment j’ai cherché mon premier stage dans l’édition. Et voilà comment l’une des plus grosses boîtes m’a trouvé dans ma quête. Passer quelques semaines au milieu de ce qu’on aime était plus que je n’aurais espéré ! Quand on décide de travailler dans les livres, ce n’est pas comme si on avait un discours encourageant de la part d’autrui. Mais qu’est-ce qu’on a dit ? Ah oui, que l’approbation d’autrui, elle peut aller… voir ailleurs.
Surprenante donc car, pour l’instant, je fais ce que j’aime et j’ai eu des opportunités aussi incroyables les unes que les autres. Que ce soit par l’engouement pour le blog, les rencontres via Twitter, ou encore mieux, ma participation au magazine Just Follow me.

C’est hyper gratifiant d’avoir de bons retours sur ce que l’on aime faire, ce dans quoi on s’implique. Mais ça l’est encore plus quand on l’articule sur des questions qui concernent tout le monde.

3) ICONIC

On m’a longtemps demandé si j’avais des auteurs préférés, des gens qui m’inspiraient. Jusqu’à cette année, je n’en avais pas. Vraiment, je n’avais personne, pas de modèle, pas d’icônes. Je pense que j’ai longtemps ignoré que cela manquait à ma vie, ça décuplait mon attachement à des oeuvres comme Racines, à des travaux, des discours historiques, mais pas de personnes, de figures auxquelles j’aurais pu m’identifier. Toni Morrison a comblé cette énorme part de ma vie, non pas seulement par ce qu’elle a écrit, mais davantage par ce qui en a découlé. 

A partir de ses oeuvres, j’ai commencé à réfléchir. J’ai ouvert ce blog dont les débuts étaient une esquisse un peu humaniste, puis j’ai lu, me suis intéressée à des questions qui m’avaient touché sans que je ne m’y interroge. J’ai découvert des concepts, et j’ai dépassé cette limite à laquelle je me heurtais. Comment lier ce qui me passionne en quelque chose de constructif ? Comment faire résonner ces oeuvres et montrer en quoi elles sont essentielles ? Qu’est-ce qui fait de la littérature plus que des mots ? C’est là que sont nées mes premières critiques.

J’ai d’abord rencontré les Gars, cette bande de potes immigrés qui m’ont tellement apporté et ravagé mon égo de privilégiée européenne. Ma cousine m’a dit ” je peux pas t’expliquer, mais il faut que tu le lises” en me tendait du Frantz Fanon, que je lisais chaque matin durant mon heure de métro. Puis, j’ai dévoré “L’oeil le plus bleu”, criant parfois durant ma lecture. J’ai réfléchi, encore et encore, et pendant des semaines, j’ai eu l’impression de vivre une révolution culturelle dans mon crâne : c’est quoi le métissage ? Pourquoi je ne me sens pas concernée par le féminisme TM ? Pourquoi j’ai la sensation inconfortable que je ne serai jamais française ? Est-ce que je suis homophobe ? Être noir(e) ne me rend-il pas forcément plus objective/tolérante par rapport à X ou Y ?

Je me suis toujours sentie comme une sorte d’humaniste moderne. Ce n’était pas par noblesse d’âme ou quoi, c’est juste quelque chose qui m’a toujours fasciné dans le fait de comprendre autrui et ainsi, de percer le voile d’ignorance et de préjugés que j’avais. En somme, j’ai toujours été fascinée par la déconstruction de soi en faveur d’une ouverture sur le monde. C’est beau, hein ?  J’ai longtemps appelé ça de l’ouverture d’esprit, puis j’ai pensé que j’étais un carrefour de pleins de choses, mais jamais je n’ai trouvé le bon mot.

Sans que je ne m’en aperçoive, une ébullition intersectionnelle venait de naître.

Ce penchant intersectionnel a mis beaucoup de temps à se former, a expiré en des fausses couches de frustration, mais aujourd’hui, en 2013, il est bel et bien là. Il n’a toujours pas d’étiquettes fortes pour que je me proclame quoique ce soit (féministe, anti-raciste, etc… les adjectifs sont encore trop forts). Pour l’instant, maintenant que ce gros big bang intellectuel s’est posé, je nourris tout ça, lentement, calmement, et sûrement. Je suis une éternelle élève de l’intersectionnalité.

J’ai donc commencé à articuler mon sens critique via ce que j’aimais le plus : la littérature. Mais c’était plus un moyen de mettre de l’ordre que d’être lue. D’où ma surprise de voir que des gens trouvent intéressants certaines de mes réflexions, et encore plus au point de me suivre quotidiennement dans des débats. Un énorme merci donc à ces personnes qui ont pu trouvé dans ce que j’ai pu dire des réponses, ou tout simplement quelque chose à retirer. J’en suis très reconnaissante, étant donné que je suis encore une apprentie en la matière 🙂

Elève de qui ? De toute ces personnes qui font mon éducation quotidiennement sur Twitter, dans les livres, partout, qui me disent quand je me trompe, et qui m’écoutent quand j’ai des questions. C’est un peu ce qui fait le blog Mrs.Roots ce qu’il est. Et puis c’était sans compter le fait de rencontrer de bonnes personnes pour consolider tout ça à base de projet concret : auboutdeslevres.wordpress.com

ET MAINTENANT ?

” Sibylle avait oublié Stockholm nu sous les lueurs de l’été. Sa beauté irisée lui soufflait ses souvenirs à l’oreille, à un coin de rue. Elle erra des heures dans les ruelles de Gamla Stan, inondé de touristes. Malgré l’engouement pour ce qu’on appelait futilement la Venise du Nord, l’âme de Sibylle était en éveil. En Juin, il n’était jamais tard, tant le soleil restait haut à minuit, mais la fatigue en contrepied, elle décida de reprendre son chemin.” (extrait d’un brouillon)

L’année 2013, ce n’est pas une belle histoire. Si c’était le cas, il y aurait un début et une fin, et je n’aurais pas le goût d’inachevé alors que ce post est bien trop long. Honnêtement, je ne me souviens pas des mauvaises choses de cette année. Je veux dire, il n’y a pas de gros points noirs, juste des craquages que certain(e)s ne méritaient pas. Mais la vérité, c’est que je veux ce même sentiment de flottement, d’inachevé pour l’année prochaine. Je veux avoir la sensation qu’il n’y aura jamais assez de mots pour retracer tout ce qui fut génial. Je ne vous souhaite pas une bonne année, mais juste de trouver votre équilibre et ce même flottement qui vous laisse rêveur, au final. D’être heureux quoi 🙂

Pour l’année 2014, je compte bien être occupée à refaire le monde un peu sombre de ces jours-ci. Et il semble que je ne serai pas toute seule pour le faire.

“Pas toute seule”, ouais. Semblerait même qu’un certain quelqu’un me tiendra la main cette année; à m’écouter parler d’imprimerie, de Scandal et de Toni Morrison. Ouais, paraît qu’il la tiendra, malgré tout ça.

Enfin, c’est ce qu’on m’a dit.

“Stories can also be used to empower” – Chimamanda Adishie [Eng]

Some people asked me about my religion, my origins, my social and political beliefs, my… This list is endless. People are asking, wondering but how many people really want to know my story. At the second where people will probably get to know this amazing woman who is Chimamanda Adishie through Beyonce’s song, Flawless, I woke up with the feeling to give this little peace of humanism.

La Minute Litté : Le mythe du Bon Sauvage

“Pocahontas saves Smith”

Le mythe du bon sauvage, qui s’est constitué suite à la découverte de l’Amérique, est l’idéalisation des hommes vivant en contact étroit avec la nature.  Il répond, entre autres, à la quête de nouvelles valeurs du 18e siècle ainsi qu’à son fougueux débat opposant « nature » et « culture ».   Associé à la période de grands bouleversements de la Révolution industrielle — réorganisation sociale, développement technologique, productivité, propriété privée, etc.… — il représente un havre de paix pour toutes les âmes agitées par un futur incertain

Le mythe du bon sauvage était un courant ou une fascination littéraire visant à sublimer le caractère exotique de l’étranger, soit la mise en avant de sa pureté du fait de son habitat naturel, mais aussi de son innocence par sa distance avec les civilisations européennes. Caricatural donc, il était la symbiose de certaines mœurs de l’époque, et alimentait idéaux et fantasmes divers.

Une diversité qui nous oblige à différencier l’utilisation de ce procédé. En effet, si dans Atala de Châteaubriand, il était formulé une ode à cette sauvage qui trouvait l’amour avec cet européen et souhaitait se convertir à la religion chrétienne – tout bien sous tout rapport donc – d’autres auteurs ont repris cette figure pour dénoncer l’esclavage.

C’est le cas de Diderot qui, dans le Supplément au Voyage de Bougainville (un supplément à un carnet de voyage publié donc par Bougainville et qui relatait les voyages de ce dernier à Tahiti, aussi profond que “il y avait des femmes aux bustes nus, huhu”) utilisa la figure d’un sage indigène pour tourner en ridicule la mentalité raciste européenne, soit la considération de peuples inférieurs et sous éduqués. Par là même, le Sage devient celui qui éduque la bêtise du colon mis en scène.

“Quel droit as-tu sur lui qu’il n’ait pas sur toi ?”

Pourquoi y réfléchir aujourd’hui ?

L’exotisation des cultures étrangères est toujours d’actualité : réappropriation de coutumes artistiques, xénophilie encouragée via les fantasmes sexuels, forme de tourisme décomplexé avec des bidonvilles pour riches, ou encore développement personnel faisant d’une culture étrangère un reality show . L’exotisation est une autre forme de soulignement de la différence qui peut tomber facilement dans le dérapage ou l’ignorance à outrance : est exotique ce que l’on ne connaît pas.

Le partage se substitue de plus en plus à la caricature d’une culture étrangère, aux stéréotypes. Le “Bon sauvage” est le support d’un développement personnel dans le cas de Mindy Bugdor, et en aucun cas considéré pour ce qu’il est vraiment : un être humain. Le Bon sauvage est ainsi un exemple d’ une démarche ethnocentriste, où l’autre est l’objet de ce que l’on veut entendre, et non pas ce que l’on veut écouter.

Pour aller plus loin : 

http://www.cvm.qc.ca/encephi/Syllabus/Litterature/18e/bonsauvage.htm

http://elisabeth.kennel.perso.neuf.fr/le_mythe_du_bon_sauvage.htm#Des textes contradictoires

Quant à Voltaire que l’on applaudit pour le nègre de Surinam, je vous laisse juger par vous-mêmes : http://www.une-autre-histoire.org/voltaire-etait-il-raciste/

Rosa Parks, Mandela… “Why can’t we wait ?” MLK said [Eng, Fr]

Ce matin, une amie m’a réveillé avec la triste nouvelle de la mort de Mandela. Puis, j’ai vu les tweets, les statuts facebook. Puis les journaux télévisés et chaque homme politique qui y va de sa petite parole, parlant de Mandela comme un héros. Les gens adorent ça. Mettre le mot “héros” avec des étoiles dans les yeux, participer à ce cirque de contemplation et d’admiration, sur ces modèles. Faire des biopics avec le bon acteur/la bonne actrice, une bande-annonce avec une musique poignante à coup de violon.

Oui, nous aimons terriblement ces icônes. Moi-même, je les lis, je regarde ces films à en avoir des frissons. Seulement, pas une seule seconde, quelqu’un se lève pour dire “mais ce n’est pas fini”. Quand on fait remarquer les problèmes sociaux actuels, il y en a beaucoup qui haussent les épaules, à coup de “c’est dommage mais c’est comme ça“. Il y en a beaucoup qui traitent d’illuminés , de radicaux ceux qui dénoncent, ceux qui évoquent même la nécessité de faire quelque chose. Parler d’action ? beaucoup trop radical. On préfère accrocher sa petite photo d’icône au-dessus de son bureau, de garder un livre de leurs mémoires, puis d’aller se coucher dans le confort de son quotidien.

Rosa Parks, puis Mandela… On laisse à ces hommes et ces femmes les problèmes d’aujourd’hui, comme s’ils avaient tout résolu. Comme si aujourd’hui était un monde meilleur. C’est un peu le paroxysme de notre mauvaise foi.  On veut juste garder ses pantoufles.

“Ce n’était pas pareil qu’aujourd’hui ” diront certains. C’est vrai. C’était pire. Pensez-vous vraiment que ces hommes se sont dit “oui, les années 50/90, c’est le bon moment pour protester, pour lutter ?” Non. Les luttes que ces grands hommes et grandes femmes ont commencé ne sont pas finies. Elles perdurent, ont laissé des traces, en France comme dans d’autres pays.

Je l’ai déjà dit, je pense que chacun peut contribuer à son échelle à changer les choses. Encore faut-il accepter de déranger le confort des autres, de percer cette respectabilité sousjacente. On adore applaudir ceux du passé, et taire ceux d’aujourd’hui. A nous de continuer, d’aller de l’avant, et de ne pas faire du travail de Martin Luther King, Harvey Milk, Angela Davis et bien d’autres, de simples pages jaunies dans des bouquins oubliés au fond d’une bibliothèque. Arrêtons d’en faire des bande-annonces quand on ne peut même pas regarder en face notre propre réalité.

Combien parmi ceux qui liront cet article diront “ok”, avant de fermer cette fenêtre, sans aller plus loin ?

C’est un peu mieux aujourd’hui. Mais ça peut être encore mieux demain.

This morning , a friend woke me with the sad news of the death of Mandela. Then I saw the tweets, facebook statuses. Then the news and every politician who says his little speech , referring to Mandela as a hero. People love it . Putting the word “hero” with stars in their eyes , to participate tothis circus of contemplation and admiration on these models. Making biopics with good actor / actress , a trailer with a poignant trailer of violin music .

Yes, we do love these icons . Myself, I read their memoires, I watch these films having chills. But not one second , someone stands up and says ” but it ‘s not over .” When we pointed out the current social problems , there are many who shrug their shoulders , with the  same “It’s a shame but that’s how it is .” There are many who claim as illuminated , radicals, those who denounce and even evoke the fact we need to do something. Speaking of action? too radical. It is preferred to hang his little photo of icon above his desk, to keep a book of their memories, then to go to sleep in the comfort of the daily life.

Rosa Parks and Mandela … We let to these men and women today’s problems as if they were all solved. As if today was a better world. It’s a little peak of our bad faith. We just want to keep our slippers .

” It was not like today,” some will say. That is true. It was worse for them. Do you really think that these men have said “yes , 50 /90 is the right time to protest , to fight  ” ? No. The struggles that these great men and women have started are not finished . They persist, have left traces in France as in other countries.

I have already said, I think everyone can contribute to the scale change. However, we must accept to disturb the comfort of others , to pierce the underlying respectability. We love applause those of the past , and silence those of today. We have to continue to move forward; and not to simply keep the work of Martin Luther King, Harvey Milk , and others , in simple yellowed books’s pages forgotten in a library. We should stop to make trailers when we can not even face up to our own reality.

How many people reading this article will say “ok” before closing this window , without going further ?

It’s a little better today. But it can be better tomorrow.

Sphinx d’Anne Garréta : le Gender dans la littérature

Il y a ces lectures d’université qui surpassent les “simples” Rabelais et Rousseau, de ces bouquins qui vous tombent entre les mains et où, à la première évocation d’un résumé confus, éveille votre intérêt. C’est ce qui s’est passé avec … Continue reading