Roots & Inspiration:”Women” by Carol Rossetti [Eng,Fr]

covercarolrossetti

  Sur son tumblr, une des images de cette série était une femme mince dont la légende dénonçait cette injonction aux formes féminines pour prouver sa féminité. Un commentateur a demandé “pourquoi il manque un bras à cette jeune femme … Continue reading

[BOOKREVIEW]“Blues Pour Elise” de Léonora Miano : une belle intro à la Littérature Afropéenne [Fr]

image005

Depuis le temps que j’attends de vous écrire une telle critique… Pour ceux qui me lisent depuis un moment, vous savez déjà combien j’ai l’habitude de déplorer l’absence d’une mise en valeur d’une littérature afropéenne. Les raisons de cette envie … Continue reading

BOOKREVIEW: Toni (Morrison), what’s going on ?

  In France, a literature similar to traditionnal afro-american literature  (Toni Morrison, Alice Walker, Alex Haley…etc) is not as strong as in U.S.A, I think. We have a lot of essays, of history books, but novels… Not so many. Somehow, I share this afro-american culture which screams the “black History” or “black culture”, because I hardly found something or I never heard anything similar here. Don’t get me wrong, maybe I just don’t know and probably did not go further, but the fact is my mother fed me of these movies like Color Purple and so on, when I was very young. I was 8 when I saw ROOTS for the first time. Since that day, I watch it every year like a ritual (if you want I will talk about that another time). Therefore, it’s in this afro-american influence that my mother adviced me to read Toni Morrison. God, I avoided it during a long, long, long time. Toni’s book alone on my desk, or my bed, or in my bag. Never in my hands. Don’t ask me why, I have no idea. Then, this year for christmas, Home got succesfull in France and, for once, I agreed to read something which was popular in medias and dropped my past century books that I love so much.

Let’s go further after this long introduction : I read Home. Yep. I read it and this book made me feel dizzy. As if I did not correctly hold it, as if I was guilty of something that I did not know. The atmosphere of the novel is heavy, systematically drowning you in a deep way. It is not something that you read to relax, you read it in order to see how look Truth. Not the noble one, the one that we congratulate with a moral weight. No, the other one, the ugly truth of History. Frank, the main character, could steal some sympathy from us. Page after page we could feel sorry and close from his intimate misery, the misery of a survivor soldier after Korea War. Yes, we could, but his life is so ugly by his authenticity that it is uncomfortable to know all the details. It’s uncomfortable to see that we cannot not judge him. How hard we try to understand his sister or him, to understand this reckless and bitter America… We can’t not judge.

I would be interested to know how American readers felt during their reading.

The fact is reading Toni Morrison’s book was tough. It was like eating something so thick that, even if it is good, we don’t really know if we’ll have a stomackhake after that. My opinion will seem mixed to you, so let’s be clear : I liked it :) . I don’t know why, probably because her way of writing “acted” on me, touched me, troubled me. After finishing this book, I felt… thirsty. Yeah. Thirsty. The history itself did not entertain me so much, because it needed to be digested. Analized. It’s just I needed to read more. Like “Toni, what’s happening to me ? what’s going on ?” This is the reason why, now, when I take the metro, I try to find a seat. Not seats which will need to be available when it’s crowded. A comfortable seat. Only then, I can open my purse, letting run my hand in the bottom, and take Tar Baby, another Toni Morrison’s book.

I don’t really know what to think about Toni’s books, because it’s not about to think but to feel.

What I know though, is that I don’t feel thirsty anymore. 

P.S : Good news, this blog will be updated more often now. I closed my others blogs because this one is the most authentic. Let’s see where we’ll go.

“Boys will be boys”: deconstructing manhood…

« Chaque semaine, onze femmes et moi nous réunissons, nous lisons des textes de théorie féministe et en parlons. Et pendant une de nos réunions, j’ai assisté à une conversation entre deux femmes, qui a tout changé pour moi.

L’une était blanche et l’autre était noire. La femme blanche dit « Toutes les femmes ont la même expérience en tant que femmes. Toutes les femmes affrontent la même oppression en tant que femmes et par conséquent toutes les femmes ont une sorte de solidarité féminine intuitive. »

Et la femme noire dit : « Je ne suis pas si sûre. Laisse-moi te poser une question » Alors la femme noire dit à la femme blanche, « Quand tu te lèves le matin et que tu regardes dans le miroir, que vois-tu ? » Et la femme blanche dit, « Je vois une femme ». Et la femme noire de répondre, « Tu vois, c’est ça le problème pour moi, parce que quand je me lève le matin et que je regarde dans le miroir », dit-elle, « Je vois une femme noire. Pour moi la ‘race’ est visible, mais pour toi elle ne l’est pas. Tu ne la vois pas.

Et ensuite elle dit quelque chose de vraiment surprenant : « C’est ainsi que fonctionne le privilège. Le privilège est invisible pour ceux qui en disposent. »

… Maintenant souvenez-vous, j’étais le seul homme dans cette pièce. Alors j’ai entendu ça et je crois que j’ai spontanément gémi et mis ma tête dans ma main et quelqu’un a dit, « Eh bien, quelle était CETTE réaction ? » Et j’ai dit, « Eh bien, quand je me lève le matin et que je regarde dans le miroir je vois un être humain. »

Je suis une sorte de personne générique vous savez, je suis un homme, blanc, de la classe moyenne. Je n’ai pas de classe, de race, de genre [visibles]. Je suis universellement généralisable.

Donc j’aime à penser que ce fut le moment où je suis devenu [= où il a pris conscience d’être] un homme blanc de la classe moyenne. Cette classe, cette race et ce genre n’étaient pas ceux d’autres personnes mais les miens, je devais commencer à réfléchir à ceux-ci et ça avait été un privilège qui avait demeuré invisible pour moi pendant très longtemps. »

Merci à Fabriste pour la traduction !

La conférence complète ici

Womanism

Originally posted on A Feminist Theory Dictionary:

“Womanist is to feminist as purple is to lavender” -Alice Walker

Womanism is a feminist term coined by Alice Walker. It is a reaction to the realization that “feminism” does not encompass the perspectives Black women. It is a feminism that is “stronger in color”, nearly identical to “Black Feminism”. However, Womanism does not need to be prefaced by the word “Black”, the word automatically concerns black women. A Womanist is a woman who loves women and appreciates women’s culture and power as something that is incorporated into the world as a whole. Womanism addresses the racist and classist aspects of white feminism and actively opposes separatist ideologies. It includes the word “man”, recognizing that Black men are an integral part of Black women’s lives as their children, lovers, and family members. Womanism accounts for the ways in which black women support and empower black men, and serves as a…

View original 116 more words

Jargon de Femmes Noires à la portée de tous

mrsroots:

A LIRE ET A RESSORTIR

Originally posted on perleantilles:

Je préviens ceci n’est pas un post parodique, ou appelant au shitstorm, j’y ai pensé après le billet de Acontrario sur le jargon utilisé par certain-e-s sur Twitter qui peut ne pas être à la portée de tous. Je crois toujours que la plupart d’entre nous sont ouvert-e-s à expliquer de quoi on parle et à qui on s’adresse. Que quand certain-e-s se donnent la peine, comme plusieurs d’entre nous l’ont fait on arrive à s’y retrouver plus ou moins rapidement pour les termes utilisés mais il est important que cela soit fait.
Parce que oui, le but c’est pas de créer un microcosme mais d’arriver à sensibiliser le plus de monde que possible.
J’essaierais donc de mettre à jour au fur et à mesure ce petit précis/dico/fourre tout d’expressions.
Étant femme et noire, je vais m’intéresser qu’aux termes me concernant, parce qu’il y’en a trop et je veux pas…

View original 669 more words

“But with Black people, skin gave them away.”Toni Morrison

“There couldn’t have been another slave society in the world with a Fugitive Slave Law. It could not work with the Greeks and Romans, because they all looked pretty much alike. But with Black people, skin gave them away. You could keep up the remnants and the vestiges of slavery far longer than it ever would have lasted if they had enslaved… suppose they had decided to buy Irish people and just spread them all about, as they did of course. Then when they stopped doing it you could sort of tell by the name or tell by the religion, but you couldn’t have laws–Jim Crow laws. With Black people, because of the physical difference, they could be seen as slaves, and subsequently are now viewed as the visible poor. Black people are perceived as the lowest of classes because we can be identified that way. It doesn’t make any difference what we wear, or what neighborhood we live in, we’re still visible as that. The visibility has made the prejudices last longer. It’s not because one is Black that prejudice exists. The prejudice exists because one can identify the person who was once a slave or in the lower class, and the caste system can survive longer. In Nazi Germany, they found a way to identify the Jews by putting a label on them and to indicate who they were. They needed a mark. But in America you have people who are Black people.” – Toni Morrison

Notes 1. Nuits particulières.

  • Encore une fois, la nuit nous est toujours particulière, avec ses nouveaux desseins. Je surprends parfois Mathilde, assise sur le carrelage du petit balcon, fumant dans la nuit des écumes de pensées ou encore est-ce à l’aube que je la surprends, toujours à la même place, étaler du vernis foncé sur les ongles de ses pieds quand le ciel devient lumineux et qu’à l’horizon, la mer berce la côté de son indécente beauté.Les nuits de Mathilde sont silencieuses; mais nous en avons appréciés le goût lorsque, repues d’alcool et de désir, nous sommes revenues de soirées.

    Ce sont dans ces nuits si particulières que l’on peut parler du noir. Je me souviens que c’est dans le noir que Po  m’avait parlé d’elle, que nous avions échangés nos blessures de femmes noires, bestialisées et sexualisées, leur beauté démembrée à perpétuité.

    Les récits de nos corps offraient une version différente : c’était comme pointer du doigt les cicatrices marquantes, quand on ne parlait que des égratignures le jour. Regarde cette peau noire, regarde ce pigment qui justifie que l’on demande les papiers de ma mère, regarde cette mélanine trop élevé qui justifie que l’on déshabille mon père à l’entrée d’un magasin, et ce, pour une baguette de pain
     
     Regarde mon teint, peu plus clair que mon grain de beauté, et pour lequel on me suit, me dénigre, me dévisage, m’efface, m’ignore, me discrimine, me moque, me tait et me tue, aux quatre coins du monde. C’est toujours dans le noir, là où nos peaux se confondent, que l’on raconte ces histoires là, celles où l’on nous perce le flanc parce que notre sang n’est pas assez rouge.
     
    Notes extraites de mon carnet.
     

Je suis un•e animal•e

Featured Image -- 1212

Originally posted on équimauves:
Concept du coup de clavier ici. (J’ai promis d’écrire plus largement sur ce propos (antispécisme, antiracimse, stratégie) avant la fin de septembre. Ça arrive.) C’est un vieux texte qui dort depuis très longtemps et que je ne comptais plus sortir,…

Rencontre #4: réflexions sur l’afroféminisme francophone

Je me demande souvent comment je me retrouve à rencontrer des personnes aussi inspirantes, même si ça nous vaut de déprimer en fin de soirée parce qu’on n’a pas fait grand chose jusqu’ici. Lors de cette soirée, j’ai aussi rencontré Nathalie Plummer, a.k.a The Conquering Lion (voir le clip ci-dessus), personne très charismatique et super avenante, qui vient de sortir son album. C’était intéressant d’avoir son point de vue de femme caribéenne ayant vécu en Angleterre, elle s’étonnait de voir pourquoi tant de personnes non-blanches insistaient sur le fait qu’ils étaient français et il a fallu lui expliquer les problèmes que sous-tendaient cette question (le manque de reconnaissance, les attaques dans les médias, l’histoire des Caraïbes, etc), mais pas assez de temps pour développer tout ça !

Durant les nombreuses discussions qui ont eu lieu, l’afroféminisme francophone est venu sur la table, l’occasion pour moi de découvrir qu’il y avait eu des groupuscules afroféministes en France ! Je ne sais pas si vous réalisez l’ampleur de la chose, mais sachant que la plupart des références que l’on donne sont des militantes afro-américaines, il était assez surprenant de voir qu’il y avait eu d’ores et déjà des mobilisations. Ca pose également des questions de l’effacement systématique de la femme noire dans l’Histoire, que ce soit dans le militantisme ou même des mouvements  littéraires ( coucou, la Négritude).

Quelques liens, donc :

Comment penser sexe, race, classe ? : petite histoire de l’Union des Femmes de la Martinique ou quand les plus minoritaires sont les plus universelles

Gerty Dambury:”J’ai un passé de féministe. J’ai participé à la coordination des femmes noires qui a existé en France entre 1976 et 1981, à peu près”

Et cette interview de The Conquering Lion :«C’est très difficile d’être une femme noire caribéenne ouvertement lesbienne»

 

Féminisme, intransigeance, pédagogie : de quoi parle-t-on ?

Le féminisme inclut…

 

des femmes de couleur…

des femmes non-hétérosexuelles

des femmes trans, des femmes non-valides,

des femmes avec tout type de corps (morphologie)

peu importe ce qu’elles portent…

Bonjour vous.

Je suis de loin le débat actuel sur l’intransigeance et la pédagogie du féminisme, via des articles divers. Entre efficacité de la cause, tone policy qui s’ignore, et vraies interrogations sur l’accessibilité du féminisme, on mélange pas mal de choses, mais surtout : on oublie qu’il y a plusieurs portes vers le féminisme, et que cette réalité est davantage qu’une simple différence de trajectoire.oppressions qui auront des schémas plus ou moins similaires.

“Le féminisme, ça nous concerne toutes”

C’est très beau sur le papier, mais beaucoup de personnes parmi nous sont d’accord pour dire que la réalité est bien différente. Dans le cas de plusieurs militantes afro’ – dont moi, c’est par le biais de l’antiracisme que nous sommes arrivées à un féminisme intersectionnel, soit un féminisme acceptant de prendre en compte les intersections entre race et genre (entre autres). Il est bien entendu que d’autres femmes ont un schéma similaire suivant d’autres oppressions.

Si j’utilise le terme “biais”, c’est bien que l’une des failles du féminisme avec un grand F n’est pas accessible pour toutes. Il a une image, un profil privilégié que l’on pourrait décrire comme étant une femme blanche hétéro, cis, bourgeoise, valide, catholique, etc. Ajoutez à cela tous les appareils institutionnels qui promurent cette vision, et un discours traitant le fait que vous soyez noires/musulmanes/lesbiennes/non-valides comme un problème secondaire, et vous comprendrez que certaines femmes ne se soient jamais senties concerné(e)s ou intéressées, étant déjà occupée à gérer une autre oppression que la société invisibilise déjà.

De ce fait, on peut dire que notre identité est radicalement invisibilisée par cette tendance à faire des femmes “cumulant trop d’oppressions”, des féministes de seconde zone dont les problèmes seront entendus plus tard, à la fin d’une liste déjà bien longue. Je l’avais expliqué ici, il y a des mécanismes institutionnels qui persistent au sein de différents mouvements, perpétuant le silence autour de sujets comme la transidentité, la body positivity, etc. Alors, bien sûr, on admet volontiers que l’évolution de ces mécanismes sont lents, demandent du temps, mais je ferai ici une distinction particulière entre les organisations et la parole.

Le problème aujourd’hui est que, en plus de ces organisations et associations figées où même des co-fondateurs/trices, cherchant à changer les choses en faveur de la diversité des femmes, se font finalement éjectés, on demande perpétuellement à certaines femmes de se taire sur leurs oppressions “secondaires” : sauf que celles-ci n’ont rien de secondaire au quotidien, elles sont à la gauche, comme à la droite de notre genre, puis devant, puis encore un peu à côté. Elles sont là. En somme, quand il s’agit d’en parler, il est demandé de le faire moins fort, plus tard, de manière pédagogue, tout en serrant les dents vis à vis d’insultes, sans nous répéter… On finit par nous contraindre au silence.

Le prix de la pédagogie n’est pas le même pour toutes, et l’intransigeance est souvent une question de safety. Jusqu’ici le débat semblait aborder principalement le discours d’une féministe au non-féministe, sans songer une seule seconde qu’être féministe est sous-tendu par plusieurs implications pour beaucoup d’entre nous. Il y a une fatigue ambiante, un épuisement et un agacement qui parcourt les strates des différents mouvements, les plus silenciés et les plus invisibilisés. Aujourd’hui, je comprends sans mal le ras le bol des féministes musulmanes par exemple, à qui l’on demande dans un soucis de pédagogie de réexpliquer et justifier encore et encore et encore comment on peut être musulmane et féministe.

Ainsi, la manière dont a été ouvert le débat jusqu’ici, est assez parlant de cette tendance à globaliser, renvoyant certaines femmes à des rangs éternels de seconde zone. Certain(e)s diront que l’on fait trop dans la nuance à évoquer ces différents de femmes, mais ça ne devrait pas être une question de nuance de penser à d’autres femmes que soi. Si l’on pouvait déjà entendre ce malaise, peut-être que certaines d’entre nous accepterait d’écouter et d’expliquer en retour. Si l’on ouvre ce débat, que cela soit fait totalement et non à moitié.

L’accessibilité au féminisme…mais pour qui ?

Ceci étant dit, je trouve que l’émergence de ce débat après “Women Against Feminism” est assez – bon ok, TRES – mal choisie. Il y a une nouvelle narration étrangement étrange : ça sent quand même la plaidoirie ici et là, à croire que ces jeunes femmes ont écrit sur des pancartes et envoyé des selfies par accident. Je grossis le trait, mais ce que j’essaie de souligner ici c’est la notion d’ignorance que j’ai vu être excusée dans certains commentaires et déclarations.

J’entends parfaitement le fait que les déclarations de ces femmes soient le produit de la culture du viol ambiante, qu’il y a certainement un “appel” – caché – derrière tout cela, mais je trouve qu’une narration très dérangeante fait son apparition après ces constats : “il a tapé la personne, mais c’est parce qu’il veut exprimer son mal être. Même si c’est mal qu’il l’ait tapé oui”. C’est un peu ça que je lis. Et j’utilise volontairement le verbe “taper”, car il y a des déclarations abominables parmi les pancartes de WAF, notamment sur la notion de victimes.

Je reprendrai donc ce que j’avais dit au sujet du racisme : “Ne pas savoir est une chose. Mais savoir qu’on ne sait pas et perpétuer cette ignorance, c’est cautionner et véhiculer encore ces portraits.” Ces femmes ont sciemment créé un tumblr, songer aux premières idées vagues qui pourraient ressembler de loin à, mmh, voyons, du féminisme. Donc parler de pédagogie, il faut savoir de qui l’on parle car, à mes yeux, il y a une différence entre une personne qui dit ne pas savoir et veut apprendre, une personne qui ne sait pas et qui s’en fout, et une personne qui va essayer de faire quelque chose avec ce qu’elle pense savoir peut-être-mais-pas-sûr. Parmi les trois exemples que j’ai donné, il n’y a un seul cas qui accepte de s’en remettre à d’autres personnes parce qu’il ne sait pas. Quand on choisit de prendre pour bagages son ignorance pour construire quelque chose, ça devient problématique et, surprise, ça révèle pas mal de stéréotypes.

Rappeler quelqu’un de savoir de quoi il parle n’est pas de l’intransigeance mais, au pire, un appel à la rigueur, au mieux, un conseil.

Et, pour rappel, cette apologie de l’ignorance est le moteur de nombreuses oppressions et ne cesse de croître à l’heure actuelle – surtout en voulant policer à tout prix certaines paroles.

Et si on parlait des bases…

Néanmoins, tout n’est pas à jeter dans ce débat, loin de là. Je pense qu’il y a un certain manque d’articles “mots clés” en général, on peut le retrouver sur certains blogs, et les différents Bingos. Mais la création de néologismes, aussi nécessaire fut-elle, participe également à ce problème d’accessibilité aux bases et à la fixation des notions.

On m’a plusieurs fois dit le problème du “jargon” féministe. Dans une démarche de créer une bibliothèque solide aux références intra-communautaires (j’entends par là des références écrites par des concerné(e)s), on a traduit la “solidité” de ces références par des théories, tout en négligeant la nécessité et la diversité des bases (mais il faudrait un autre article, rien que pour ce sujet) . Jusqu’ici, il n’y a que dans le paysage anglo-saxon que j’ai trouvé des BD, des fan art; en d’autres, des utilisations de la fiction pour rendre accessible ces notions. C’est dans le fait de penser à créer ces médias que devrait s’exprimer notre indulgence, selon moiBah oui, parce que la féministe assise dans un parc en train de boire un café n’est pas le seul média, hein ;)

La diversité des médias ! Voilà un autre élément intéressant à creuser et qui éviterait cette tendance à utiliser certaines féministes comme des leviers encyclopédiques, une tendance récurrente qui gèle la prise d’initiatives.

 

En somme, de ce que j’ai lu, tout a été mélangé. La complexité de ce débat s’attaque au “comment” sans étudier “de qui parle-t-on ? de quelles positions ? de quels médias ?”, etc. J’achèverai ce post sur quelques témoignages reçues lors d’une discussion sur le sujet :

“C’est trop facile de nous demander d’être calme partout, mais de ne jamais nous écouter”

“Y a des moments, j’ai pas envie d’être prof, j’ai juste envie de gueuler. J’ai pas envie d’être productive, tu vois ?”

 

Pour aller plus loin (sur le blog):

Intersectionnalité : il y a un problème

Intersectionnalité : vers un idéal nocif

“Each time made more certain”

source

Cela fait longtemps que je n’avais pas écrit ce genre de post.

J’aurais pu ne pas en parler, et tout simplement faire comme si de rien n’était. Mais, plus le temps passe, et plus je ne comprends pas le manque de civisme et d’indécence des personnes qui insultent et/ou harcèlent librement des personnes que je côtoie sur Twitter et dans la vraie vie, sans raisons. Beaucoup m’ont dit que c’était Internet, que c’était “comme ça” et qu’à mesure que l’on reste longtemps, il y en a toujours un(e) pour arriver et se permettre de nous traiter comme ielle le veut. C’est vrai, il n’y a pas vraiment d’exception à la règle, mais ce que beaucoup de gens oublient est que l’on a encore le droit de ne pas accepter ça.

Malgré les rencontres et les superbes projets, c’est assez dur de rester positif/ve et de payer le prix de ces merveilleuses choses à cause de personnes mal intentionnées, et d’un climat asphyxiant. Je n’ai jamais commencé à parler ou écrire pour les gens, mais d’abord pour moi, et quand bien même je ne cesse de le rappeler, il y aura toujours des gens pour faire de mes posts des plaidoyers à brûler. Je vois le même processus pour des personnes qui ne sont même plus présentes sur les réseaux sociaux, d’autres qui le sont encore; toutes voient leurs voix déformées en un je-ne-sais-quoi qui pourrait leur porter préjudice. Et le silence demeure, en toute impunité.

Hier, une amie m’a dit “Souviens-toi que tu peux te déconnecter. Quand tu le veux, quand tu en as besoin, tu te déconnectes“. C’est un détail basique mais que l’on a tendance à oublier à force d’être connectée tout le temps, non-stop. Alors, on se souvient qu’il suffit de tout éteindre. Et de respirer un bon coup.

Je disais plus haut qu’il était difficile de rester positive face à ce climat virtuel. Mais j’avais oublié quelque chose. J’avais oublié les soirées folles passées  dans des bars ou des souterrains d’université, oublié ces personnes formidables chacune à leur manière, qui vous font rire à en avoir mal au ventre, et ne vous jugent pas. J’avais oublié ces personnes qui m’ont accompagné le temps d’un après-midi, pour une brocante ou un petit-déjeuner. J’avais oublié ces ami(e)s à qui je parle comme des soeurs, qui m’hébergent comme s’il s’agissait de ma seconde maison, qui font plus de bruit que moi. J’avais oublié que j’avais gagné un grand frère sur le tas. J’avais oublié ces chances incroyables qui m’étaient tombées dessus, ces projets, l’enthousiasme, la passion d’être animé(e)s pour les mêmes choses…

Ce qui me marque le plus, est de rencontrer ces personnes plus fortes, plus sûres, plus mûres que moi. Iels doivent certainement l’ignorer mais inconsciemment, savoir qu’il existe des personnes susceptibles de mettre autant de force dans leurs convictions et leurs buts alors qu’ils se prennent le triple des quelques interpellations, cela permet d’avancer. Et, parmi eux, il y en a probablement qui se pensent faibles.

En somme, j’avais oublié que tout cela était ressorti de quelques échanges de tweets par hasard. Lorsque je ferme mon ordinateur, ces choses, ces personnes sont, elles, toujours là. Si l’on m’avait dit que je passerai une partie de mon été avec des personnes rencontrées la même année sur un réseau social, j’aurais certainement soulevé un sourcil, “C’est cela, oui”.

Alors, voilà. J’ai trouvé à quoi me rattacher, quelque chose qu’on ne peut pas enlever ou déformer. J’aimerais que cela suffise, à moi comme à ces amies que je vois épuisées par ce qu’elles subissent. J’aimerais qu’il soit simple d’ignorer et de porter des œillères pour ne voir que le bon. Mais pour l’instant, je pense que quelques jours de vacances ne feront pas de mal.

Sauf sur le blog, bien sûr. Plein de choses sont à venir, mais j’essaye de préparer ça correctement.

Je voulais dire à chaque personne qui m’a laissé un gentil message par mail, par ask ou même par tweet que je les relis souvent, qu’ils ne sont pas tombés dans l’oubli et que ça fait réellement du bien. Je n’ai pas d’autres mots que “merci” à leur donner, mais ma reconnaissance est bien là.